^

Notre classe

Grèves

Retraites. « Il faut que l’on bloque l’aéroport » : à Roissy, les syndicats veulent un mouvement dur

A l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, la grève du 19 janvier se prépare, avec un objectif : « bloquer l’aéroport ».

vendredi 13 janvier

« Il faut faire tout ce qu’il faut pour que le gouvernement retire sa réforme » : Nicolas Perreira, le secrétaire de l’Union Locale de Roissy, est clair. Dans cet aéroport, où la précarité règne en maître, la réforme des retraites a suscité beaucoup de colère. Il faut dire que parmi les 100 000 salariés de l’aéroport, beaucoup sont dans des situations précaires, que ce soit des personnels de sécurité, de nettoyage ou de la logistique. Pour ces travailleurs, travailler deux ans de plus est inenvisageable : « à vingt ans, on soulève des sacs de 20kg, mais on ne le fait plus à 64 ans. Ici, tout le monde sait que c’est sur les dernières années de travail qu’on se blesse le plus, qu’on use le plus les corps  », dénonce le syndicaliste.

Pour beaucoup de syndicalistes, une chose est claire : les journées de grèves isolées ne permettront pas de faire reculer le gouvernement. Chez certains, le souvenir de 1995 est toujours présent : « à l’époque, le pays était complètement paralysé, c’est ce qu’il faut faire aujourd’hui  », nous explique un syndicaliste chez AirFrance. Concrètement, beaucoup de syndicalistes voient le blocage de l’aéroport comme la méthode à suivre : « il faut que l’on bloque l’aéroport, manifester ne suffira pas  », explique un syndicaliste de Hop !, la filiale d’Air France.

Canal Telegram : @revolution_permanente

En pleine préparation de la journée de grève du 19 janvier, entre diffusion de tracts dans les aérogares et assemblées générales de salariés, les syndicalistes sont conscients de leur responsabilité, alors que les syndicats des transports et des raffineries alertent contre l’idée d’une « grève par procuration ». « Ce n’est pas en journée qu’on va les faire reculer. La RATP et la SNCF ne suffiront pas pour faire retirer la réforme : il faut que le privé s’y mette » avance un syndicaliste d’Aéroport de Paris, avant de continuer : « cette loi sera retirée si les patrons du CAC40 appellent Macron en lui demandant de retirer la réformer parce qu’ils perdent trop d’argent  ».

Si la priorité est aujourd’hui à la préparation du 19 janvier, les interrogations quant aux suites subsistent. L’appel des syndicats CGT pétrole, à commencer par 24h de grève le 19 janvier, puis 48h le 26 janvier, et enfin une grève de 72h le 6 février avec la proposition du début d’une reconductible à ce moment-là, fait beaucoup parler. « Ce que propose les raffineurs, de partir en crescendo, cela me paraît très bien » explique le syndicaliste de Hop !. Si le plan de bataille est encore à mettre en place sur l’aéroport, ce qui est sûr, c’est la détermination des syndicats à mettre en place un blocage de l’économie et de l’aéroport.

Canal Telegram : @revolution_permanente


Mots-clés

Aéroport Roissy - Charles De Gaulle   /    Réforme des retraites   /    Aéroports   /    mouvement ouvrier   /    Grève   /    Notre classe