^

Notre classe

Grève des travailleurs du déchet

Retraites. La préfecture réquisitionne les grévistes pour relancer l’incinérateur d’Issy

Alors que la grève s’étend et les blocages se multiplient du côté des incinérateurs et des garages, la réquisition ordonnée par la Préfecture la semaine dernière pour briser la grève en transférant les déchets qui emplissent les fosses des TIRU a été étendue avant-hier. L’objectif : permettre de relancer l’incinérateur d’Issy-les-Moulineaux dans la nuit de mercredi à jeudi.

mercredi 5 février

Crédit photo : GEOFFROY VAN DER HASSELT. AFP

La grève des éboueurs commence à faire parler d’elle. Alors que ces derniers sont mobilisés depuis décembre, leur action s’est durcie ces dernières semaines avec la multiplication de blocages, soutenus par de nombreux étudiants et grévistes d’autres secteurs. En parallèle, le mouvement des personnels des incinérateurs se maintient à un fort niveau avec un taux de grévistes de plus de 60% dans les centres d’incinération d’après Julien Lambert de la CGT Mines-Energie.

Face à cette situation, le SYCTOM qui s’occupe du traitement et de la valorisation des déchets avait demandé la semaine dernière une réquisition du personnel. « J’ai obtenu vendredi dernier, c’est le Préfet de Région qui a accepté d’être à la manœuvre, il a donc demandé les réquisitions d’abord pour les personnels de chacun des trois sites pour au moins réceptionner les ordures qui arrivent et les recharger dans les porteurs pour qu’ils puissent partir, parce que toutes mes fosses sont pleines, tous mes lieux de stockage sont pleins donc je peux plus accueillir. » racontait ainsi Jacques Gautier, président du Syctom, hier sur BFM TV.

Des fosses pleines en raison de la décision des grévistes d’éteindre les fours de l’ensemble des incinérateurs, qui empêche de traiter les déchets. Or, lundi, la reconduction de l’extinction des fours était votée par les grévistes des différents incinérateurs. Une décision face à laquelle le Syctom a immédiatement réagi en demandant à la Préfecture de durcir la réquisition pour briser la grève. C’est ainsi que la Préfecture de Paris annonçait avant-hier la réquisition du personnel de la TIRU d’Issy afin de rallumer les fours pour traiter les déchets qui s’accumulent.

« Hier j’ai demandé la réquisition de tous les personnels d’Issy-les-Moulineaux pour rallumer les fours. Ça commence aujourd’hui, ça sera vraiment opérationnel dans la nuit de mercredi à jeudi, de façon à incinérer sur place une partie. Mais avec cela je ne vais traiter que la moitié en gros des déchets que je reçois, et une moitié continuera de partir en centre d’enfouissements, donc à terme il faudra la reprise des trois sites sans laquelle je suis incapable de traiter les déchets. » assumait ainsi hier le président du Syctom sur le plateau de BFM.

Une manière claire de briser le mouvement des travailleurs qui, dans les TIRU ou chez les éboueurs, réclament le retrait d’une réforme des retraites qui va attaquer durement la prise en compte de la pénibilité de leur métier. Une attaque qui va de pair avec une campagne médiatique contre les travailleurs du déchet, accusés d’être responsables d’un désastre sanitaire et écologique, alors même qu’ils ne font que faire entendre leur colère à un gouvernement inflexible, en guerre contre la majorité de la population.




Mots-clés

CGT Mines-Energie   /    Mouvement des retraites 2019-2020   /    Grève décembre 2019   /    Réforme des retraites   /    Éboueurs   /    mouvement ouvrier   /    Grève   /    Notre classe