×

Offensive anti-grève

Retraites : la macronie menace déjà d’attaquer le droit de grève en cas de « blocage »

Invitée sur RTL dimanche, Aurore Bergé a proféré des menaces à l’encontre du droit de grève, dénonçant tout « blocage » et expliquant être prête à « faire évoluer la loi » face à « une poignée de personnes qui génère la pagaille ».

Erell Bleuen

16 janvier 2023

Facebook Twitter

Crédits photo : Capture d’écran RTL

Dimanche soir, la présidente des députés Renaissance Aurore Bergé était l’invitée du Grand Jury pour défendre le projet de réforme des retraites du gouvernement. Alors que seuls 7% des actifs sont favorables à un report de l’âge légal, elle a affirmé être « déterminée » et que « la réforme sera adoptée et entrera en vigueur ».

Elle en a également profité pour fustiger les grèves à venir, dénonçant « la pénalisation de grèves qui peuvent profondément bousculer la vie quotidienne ». « Le droit de grève n’est pas un droit de blocage pour empêcher les français d’aller travailler » a-t-elle ainsi résumé, mobilisant l’argumentaire anti-grève habituel du gouvernement.

Mais Aurore Bergé est allée plus loin, proférant des menaces directes à l’encontre du droit de grève. Pointant « une poignée de personnes qui génère une pagaille contre des millions de français », elle a affirmé que si « les blocages sont trop importants et que ça nécessite de faire évoluer la loi, on fera évoluer la loi ». Une déclaration qui s’inscrit dans la continuité des propos du chef de l’État lui-même, qui, face à l’ampleur de la grève des contrôleurs SNCF en décembre dernier, avait demandé à ses ministres de « réfléchir à la mise en place d’un cadre pour assurer la continuité des services publics en toutes circonstances ».

Ces menaces résonnent d’autant plus que le gouvernement dispose déjà d’un arsenal anti-grève dont il n’hésite pas à se servir, que ça soit l’instauration du service minimum dans les transports imposée sous le quinquennat Sarkozy, ou encore les réquisitions dont le gouvernement s’est servi pour briser le mouvement de grève des raffineurs en octobre dernier.

Interrogée par Révolution Permanente, Elsa Marcel, avocate en droit du travail, explique : « Le droit de grève, en France, est une conquête des travailleurs qui a une valeur constitutionnelle, ce qui gêne beaucoup les gouvernements et le patronat. Le « blocage », argument anti-grève sans cesse utilisé par le gouvernement n’est qu’une conséquence de la grève, qui montre simplement que quand les salariés cessent le travail, tout s’arrête, car ce sont eux qui font tourner la société ».

Canal Telegram : @revolution_permanente

Alors que de nombreux secteurs ont annoncé rejoindre la journée de mobilisation du 19 janvier, comme la SNCF et la RATP, et que les syndicats CGT du pétrole et de l’énergie ont d’ores et déjà commencé à poser la perspective d’un mouvement reconductible, les propos d’Aurore Bergé traduisent en réalité la peur d’un mouvement dur qui se répande dans l’ensemble du monde du travail.

En réponse à ces menaces, il va falloir se préparer à défendre le droit de grève que le gouvernement risque de tenter d’attaquer. Comme Elsa Marcel nous l’indique : « Le droit de grève représente en réalité bien plus qu’un droit de blocage ou de pagaille, c’est la suspension du contrat de travail et donc du rapport de subordination entre l’employeur et le travailleur. C’est un droit à l’insubordination, la révolte et la contestation, c’est le début de tous les possibles : dans l’histoire du mouvement ouvrier, il y a eu des formes de contestation extrêmement avancées qui vont jusqu’à l’occupation d’usine, et c’est des choses que les gouvernements sont obligés de prendre en compte ».

En juin 36, Simone Weil écrivait que « cette grève est en elle-même une joie. Joie de trouver tant de sourires, tant de paroles d’accueil fraternel. Comme on se sent entre camarades dans ces ateliers où, quand j’y travaillais, chacun se sentait tellement seul sur sa machine ! ». Voilà ce qu’on doit s’atteler à défendre, mais aussi à construire.


Facebook Twitter

Erell Bleuen

Twitter : @Erellux

Anasse Kazib convoqué par la police : « une procédure politique contre des dizaines de soutiens de Gaza »

Anasse Kazib convoqué par la police : « une procédure politique contre des dizaines de soutiens de Gaza »

L'université de Lille annule la conférence de LFI sur la Palestine après une campagne autoritaire

L’université de Lille annule la conférence de LFI sur la Palestine après une campagne autoritaire

Jeux Olympiques : le budget explose pendant que le gouvernement prépare l'austérité

Jeux Olympiques : le budget explose pendant que le gouvernement prépare l’austérité

 « Dette » et « guerre » : double matraquage et attaques en préparation

« Dette » et « guerre » : double matraquage et attaques en préparation

100 jours d'Attal : la dette et les européennes réactivent le spectre de la crise politique

100 jours d’Attal : la dette et les européennes réactivent le spectre de la crise politique

Jeux olympiques : l'État jette à la rue 450 migrants hébergés à Vitry

Jeux olympiques : l’État jette à la rue 450 migrants hébergés à Vitry

Mort de Shemseddine : non aux mesures répressives, il faut des moyens pour la jeunesse !

Mort de Shemseddine : non aux mesures répressives, il faut des moyens pour la jeunesse !

Formation des enseignants : Macron cherche à renforcer le contrôle des futurs profs

Formation des enseignants : Macron cherche à renforcer le contrôle des futurs profs