×

International

Royaume-Uni. Les infirmières lancent une grève historique pour les salaires

Au Royaume-Uni dans un contexte de crise sociale d’ampleur et de contestation face à l’inflation et les politiques de casse sociale du gouvernement, les travailleurs britanniques entrent en grève cet hiver dans de nombreux secteurs. Ce sont maintenant les personnels hospitaliers qui font grève.

Adèle Chotsky

19 décembre 2022

Facebook Twitter

Alors que la Grande-Bretagne connaît une série de grève à travers le pays ce mois-ci dans un contexte d’inflation galopante, les infirmières rejoignent le mouvement avec deux journées d’action décidées par le Royal College of Nurses (RCN), syndicat du personnel hospitalier. La première a eu lieu le 15 décembre dernier et la seconde doit se tenir le 20 décembre. 

Cette grève, pour des augmentations de salaires et contre la dégradation du système de santé britannique, intervient après un vote du personnel qui a eu lieu le 9 novembre, dans la continuité de la vague de grèves contre l’inflation et pour les salaires à travers le pays. Il s’agit d’une première historique dans l’histoire du NHS, le système public de santé créé en 1948 dans la période de l’après-guerre, et touché de plein fouet par la politique de casse sociale du gouvernement après des années de sous-financement.

Ce sont ainsi les personnels hospitaliers de l’ensemble du pays qui se sont mobilisés jeudi dernier pour la première grève de 12 heures et qui vont à nouveau sortir dans la rue ce mardi 20 décembre. Au total, environ 100 000 infirmiers ont fait grève dans 76 hôpitaux et établissements de santé en Angleterre, au Pays-de-Galles et en Irlande du Nord.

Les ambulanciers seront également mobilisés dans les prochains jours en Angleterre et au Pays-de-Galles et les services d’ambulance au nord-est et au nord-ouest du pays, appelés à la grève par les trois syndicats de la branche, seront les plus affecté. Dans le même sens, le syndicat GMB a annoncé deux dates de grèves, les 21 et 28 décembre, pour plus de 10 000 ambulanciers.

La première ligne en grève pour les salaires

Comme beaucoup de travailleurs britanniques, la principale revendication des infirmiers et infirmières concerne les salaires. Le RCN réclame 5% d’augmentation, et ce tandis que l’inflation a dépassé les 11% au Royaume-Uni. Les infirmiers ont reçu une augmentation dérisoire de 3% suite à la pandémie, malgré leur mobilisation en première ligne. Leur salaire réel aurait baissé, selon les estimations, de 20% depuis 2010.

Selon le syndicat, ce sont 47 000 postes d’infirmières qui ne sont pas pourvus dans le pays. Suite à la pandémie, de nombreuses personnes ont également démissionné. A cet égard, à l’hôpital St Mary dans le Nord de Londres, des infirmières en grèves ont défilé avec des pancartes rappelant que : « Le manque de personnel coûte des vies ».

Signe du caractère inédit du mouvement, la plupart des infirmières qui se mobilisent font grève pour la première fois de leur vie. L’une d’elle, qui travaille depuis 7 ans dans un hôpital au sud-est de l’Angleterre, témoigne auprès de CNN : « Au fil des années, ma capacité à donner à mes patients le niveau de soin dont ils ont besoin a été de plus en plus compromise. Chaque jour, des infirmières à travers le pays se retrouvent dans des hôpitaux en sous-effectifs. C’est intenable. » Une autre, infirmière en pédiatrie qui s’apprête à rejoindre la grève dénonce, toujours auprès de CNN : « Il s’agit de payer le personnel pour qu’il puisse payer ses factures. » A l’hôpital St Mary, à Londres, certains sont même contraints de faire des heures en freelance en plus de leur travail pour arriver à boucler les fins de mois.

Une grève qui s’inscrit dans un « hiver du mécontentement »

La grève montre au grand jour la colère qui gronde chez les travailleurs d’un service public de la santé en crise, et plus largement ceux du public, face aux dégradations des services ces dernières années. La mobilisation des infirmières n’est qu’un exemple de la vague de grève qui touche la Grande-Bretagne ce mois-ci. Alors que l’inflation écrase les travailleurs, tout le pays connait une vague de grève pour des hausses de salaires et de meilleures conditions de travail, formant un mouvement social comme le pays n’en a pas connu depuis des décennies. Les cheminots, les conducteurs de bus, les enseignants, les postiers,… tous en effet vont faire grève en décembre.

Dans le secteur de la santé, les directions syndicales ont affiché un durcissement de ligne, le RCN annonçant qu’il y aurait plus de grévistes dans plus d’hôpitaux dans des grèves en janvier, à moins que le gouvernement ne fasse marche arrière après la journée d’action de ce mardi.

Face à un gouvernement intransigeant, les journées d’action isolées ne suffiront pas !

La situation actuelle et le durcissement des directions syndicales tient beaucoup à la position ferme affichée par le Premier Ministre Rishi Sunak.
Arrivé au pouvoir à la suite d’une importante crise politique, le conservateur multiplie les attaques contre les grévistes. Alors que son gouvernement estime qu’il n’est pas possible de financer des hausses de salaires - sa prédécesseure conservatrice Liz Truss avait pourtant baissé les impôts sur les plus riches il y a quelques semaines - il s’apprête à faire appel à l’armée et à la réquisition de fonctionnaires pour combler le manque d’effectifs et ainsi casser les grèves, notamment celle des ambulanciers prévu le 21 et le 28 décembre prochain

Pour justifier sa position intransigeante, Rishi Sunak cherche dans le même temps à salir les grévistes auprès de l’opinion publique. Il ainsi déclaré dans l’hebdomadaire britannique The Sun on Sunday : « Les syndicats causent la misère de millions de personnes, avec des grèves dans les transports en particulier, cruellement programmées pour frapper à Noël ».

Si cette fermeté contraint les dirigeants syndicaux à hausser le ton à leur tour, leur politique dans le mouvement risque de mener les travailleurs vers une impasse. Ils ont ainsi déploré le refus de négocier du gouvernement, l’opposant avec l’attitude des dirigeants écossais, qui ont ouvert des négociations sur les salaires avec les directions syndicales pour éviter la grève dans la santé. Dans cet esprit, la dirigeante du RCN présente sur un piquet a qualifié la journée de grève de jeudi de « tragique ».

Une volonté de négocier plutôt que de faire grève qui accompagne le refus des dirigeants syndicaux d’entamer une coordination entre les très nombreux secteurs en grève. Ces derniers se mobilisent donc alternativement, sans date commune et sans non plus de tentative pour dépasser l’exercice très restreint du droit de grève au Royaume-Uni, qui impose de se déclarer plusieurs semaines au préalable. 

Au contraire, alors que la grève dans la santé bénéficie du soutien de la population, comme en témoignent les nombreuses voitures qui klaxonnent en passant devant les piquets de grève, elle pourrait se révéler un point d’appui pour coordonner les secteurs en grève, élargir le mouvement et l’étendre à d’autres secteurs de la classe ouvrière.

Loin de dates de mobilisation isolées et des appels à la négociation avec un gouvernement prêt à appeler l’armée pour casser la grève, c’est en impulsant la coordination à la base de l’ensemble des secteurs en lutte qu’il sera possible d’amplifier le mouvement, et de donner corps au mot d’ordre de grève générale qui commence à se répandre dans le pays.


Facebook Twitter
Le plan Netanyahou : vers un contrôle total de la Palestine

Le plan Netanyahou : vers un contrôle total de la Palestine

Deux ans après le début de la guerre en Ukraine, l'UE accélère son escalade militariste

Deux ans après le début de la guerre en Ukraine, l’UE accélère son escalade militariste

« Rideau de fer maritime », expulsions massives : à Mayotte, le gouvernement prépare l'acte II de Wuambushu

« Rideau de fer maritime », expulsions massives : à Mayotte, le gouvernement prépare l’acte II de Wuambushu

Israël continue de bombarder une population affamée et bloquée à Rafah

Israël continue de bombarder une population affamée et bloquée à Rafah

Argentine. +300% pour le ticket de bus, Milei saigne les classes populaires

Argentine. +300% pour le ticket de bus, Milei saigne les classes populaires

Augmentation du salaire minimum : non, le président argentin n'a pas fait de cadeau aux travailleurs !

Augmentation du salaire minimum : non, le président argentin n’a pas fait de cadeau aux travailleurs !

« S'il est extradé, il mourra » : dernier recours pour Julian Assange face à l'acharnement des Etats-Unis

« S’il est extradé, il mourra » : dernier recours pour Julian Assange face à l’acharnement des Etats-Unis

Alerte de l'ONU : Tsahal coupable de viols, humiliations et exécutions de femmes et d'enfants

Alerte de l’ONU : Tsahal coupable de viols, humiliations et exécutions de femmes et d’enfants