^

Notre classe

Ryanair ferme sa filiale Laudamotion et licencie 300 salariés en Autriche

La nouvelle est tombée pour les salariés de Laudamotion. La deuxième compagnie aérienne en Autriche a annoncé la fermeture de sa base à Vienne et la suppression de 300 emplois. Le syndicat principal du secteur Vida, après consultation des salariés, a refusé un tel plan pour les salariés.

vendredi 22 mai

848 euros de salaire de départ net pour les hôtesses de l’air : une provocation

Le syndicat a dénoncé un chantage de la part de la compagnie, les 848 euros de salaire de départ net pour les hôtesses de l’air étant clairement inférieurs au seuil de pauvreté qui est de 1259 euros par mois. Ces licenciements ne sont que le début de l’offensive patronale pour casser toutes les pratiques et acquis sociaux et faire payer la crise aux salariés. Dans le même temps, les compagnies comme Ryanair font des profits énormes et reçoivent des aides de la part de l’État à la hauteur de plusieurs millions.

Qui va payer la crise ?

Refuser le plan n’est qu’un premier pas. Si le syndicat a refusé ce plan d’austérité salariale qui ne permet pas de vivre, ce sont bien des liens qu’il faut créer pour mener la lutte pour les emplois avec l’ensemble du secteur aérien, en Autriche et partout dans le monde. Sans cela, ce genre de plans vont continuer à se développer. Cette situation ne peut qu’être un appel à fédérer les colères et à se réapproprier l’outil de production, pas pour faire des profits mais pour mettre leur activité au service de la population.

Crédits photo : REUTERS




Mots-clés

Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Crise économique   /    Coronavirus   /    Suppression d’emplois   /    Licenciement(s)   /    Aéronautique   /    Notre classe