×

Energie

Saint-Alban. Les énergéticiens occupent le site Enedis depuis deux semaines pour les retraites

Depuis la journée de grève du 16 février, la CGT énergie n'a pas arrêté la mobilisation contre la réforme des retraites. Le site Enedis de Saint-Alban situé au nord de Toulouse est occupé depuis maintenant deux semaines par les grévistes de l'énergie.

Rafael Cherfy

2 mars 2023

Facebook Twitter

Crédits photo : Révolution Permanente Toulouse

Suite à la manifestation massive du 16 février à Albi, la CGT Énergie d’Occitanie a décidé de donner une continuité à la mobilisation sans attendre la prochaine date interprofessionnelle du 7 mars. Ainsi, ils ont décidé de lancer l’occupation de sites, notamment celui de Saint-Alban, proche de Toulouse. Aussi, après la manifestation plusieurs dizaines de véhicules des départements du Tarn et du Tarn-et-Garonne se sont rendus sur place pour occuper le site.

« Suite à la manifestation d’Albi où on a organisé notre cortège avec nos véhicules, il a été décidé en assemblée générale de rapatrier les troupes et les véhicules ici avec la mise en place depuis le 16 février d’un piquet de grève reconductible » nous explique Thomas Druon, secrétaire général CGT énergie Garonne et Tarn.

C’est donc depuis près de deux semaines que le site Enedis de Saint-Alban est occupé par les salariés qui s’organisent avec une grève tournante. « Un jour ce sont les salariés d’un site qui se mettent en grève et viennent tenir l’occupation, le lendemain, ils sont remplacés par des grévistes d’un site différent. On a organisé un planning pour tous se coordonner » nous explique une salariée présente qui participe à l’occupation.

Ce mardi 28 février, ils étaient plus d’une cinquantaine à se rassembler sur le site en solidarité avec quatre salariés de RTE licenciés suite à des actions dans le cadre d’une grève pour les salaires. Ces derniers passaient le jour même devant le tribunal correctionnel de Paris et les agents mobilisés contre la réforme des retraites ont tenu à leur apporter leur soutien face à la répression.

À quelques jours de la prochaine date de mobilisation interprofessionelle le 7 mars, la grève s’annonce suivie chez les salariés de l’énergie. Au rassemblement Majid Galla, secrétaire CGT Énergie Toulouse, revient sur la dynamique : « Le 7 mars ce n’est pas une fin en soi, c’est dans la continuité des actions déjà en cours. Aujourd’hui, la fédération Mines et Énergies a un message qui est clair : la grève va continuer, les interventions sur les outils de travail vont continuer, le 7 ne sera pas la fin de quelque chose, mais la continuité de ce qui existe déjà aujourd’hui et on s’inscrira dans la durée ».

La volonté affichée par la CGT Energie de rentrer en grève reconductible se retrouve dans des appels intersyndicaux à la SNCF et la RATP, mais aussi chez FO et SUD pour les routiers et dans différentes fédérations CGT comme les industries chimiques, les ports et docks, celles du verre et de la céramique ou encore les éboueurs. Ainsi, l’entrée en grève reconductible de ces secteurs peut donner confiance à des centaines de milliers de travailleurs d’autres entreprises, de secteurs moins habitués à la grève, de rejoindre également un mouvement reconductible, seul à même de mettre le pays à l’arrêt.

Pour cela, il faut que les travailleurs des secteurs convaincus de se mettre en grève reconductible fassent l’effort de se tourner vers les travailleurs qui sont encore hésitants ou qui n’ont pas de tradition de grève ou d’organisation dans leurs entreprises. Tout particulièrement, pour la construction d’Assemblées Générales, nécessaires afin de préparer une grève reconductible qui soit effective. C’est le sens de l’appel d’un réseau d’une centaine de syndicalistes à travers tout le pays pour se rencontrer et organiser ensemble l’élargissement du mouvement de grève à tous les secteurs pour construire une véritable grève générale contre Macron.


Facebook Twitter
Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

Toulouse. Marche blanche en mémoire d'Adrien, employé de l'ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Toulouse. Marche blanche en mémoire d’Adrien, employé de l’ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale