^

Société

Lutte pour la réquisition des logements vides

Saint-Ouen. Le foyer de jeunes travailleurs Cara occupé par 150 mal-logés et réfugiés

Flora Carpentier

mardi 15 septembre 2015

La lutte pour le logement ne faiblit pas à Saint-Ouen. Ce mardi à midi environ 150 mal-logés ont décidé d’occuper le foyer de jeunes travailleurs CARA, sur initiative de l’association Droit au Logement (DAL). Il s’agit de mal-logés, d’expulsés et de réfugiés qui campaient sur la place de la République à Paris, en plus des familles rroms expulsées du village d’insertion de Saint-Ouen. Deux grandes banderoles colorées ont été déployées devant les étages supérieurs de cette tour de 200 chambres, sur lesquelles on peut lire en grosses lettres « Réquisition ». Au pied de la tour, une brigade de police se tient prête à procéder à une évacuation qu’ils annoncent pour ce mercredi matin.

Après que les rroms expulsés du village d’insertion se sont installés sous les fenêtres du maire et qu’un groupe de réfugiés syriens ont occupé le square Marmottan… les victimes de mal-logement ont décidé d’une action pour exiger la réquisition des logements vides. Et il faut dire qu’il y en a, des mètres carrés disponibles ! Le foyer Cara en est la preuve, cette tour de 200 chambres laissée scandaleusement à l’abandon par la mairie de Saint-Ouen depuis 2014 et dont les résidents se sont battu courageusement pendant des mois pour garder leur logement. Aujourd’hui, ils sont encore une vingtaine à résister aux expulsions successives, et le projet de reconversion de la tour en hôtel avec vue panoramique sur Paris semble abandonné. Malgré l’état dégradé du bâtiment après de longs mois sans maintenance, les coupures d’eau et d’électricité, il suffirait de quelques travaux pour remettre le foyer Cara en état d’accueillir ceux qui dorment à la rue depuis bien trop longtemps.

C’est pour cela que ce mardi soir, malgré la fatigue et les coups de froid après des semaines à dormir dehors, les rroms de Saint-Ouen entonnaient à pleins poumons dans un mégaphone « Des logements, pour qui ? pour tous ! pour quand ? tout de suite ! » Face à ces familles dont les enfants fredonnent « so-so-solidarité » même lorsqu’ils jouent entre eux, les policiers stoïques sont mobilisés en nombre, bloquant l’entrée du foyer et prêts à réprimer. Les soutiens sont présents par dizaines, et seront plus que nécessaires dans les prochaines heures. Réclamons la réquisition des logements vides et le relogement de tous les mal-logés !




Mots-clés

Logement   /    Rroms   /    Réfugiés   /    Société