^

Monde

Violences policières

Salut nazi, plaquage ventral et rires parmi la police belge alors qu’un interpellé agonise

Des images datant de 2018 filmées à l'aéroport de Charleroi montrent des policiers belges hilares quand leur collègue fait un salut nazi, alors que l’homme qu’ils sont en train d’interpeller fait un arrêt cardiaque.

jeudi 20 août

Crédits photo : DR

L’affaire remonte à février 2018 mais les images viennent d’être diffusées par le quotidien flamand Het Laatste Nieuws font terriblement écho aux images de la mort de George Floyd à Minneapolis en mai dernier. Le 23 février 2018, Jozef Chovanec, un trentenaire d’origine slovaque, est interpellé à l’aéroport de Charleroi en raison d’une grande agitation, dont l’origine ne peut être attribuée ni à l’alcool ni à la drogue d’après l’autopsie. Dans la cellule où il est placé dans l’aéroport, il se cogne la tête contre les murs et la police intervient pour le maîtriser. S’ensuivent de longues minutes de traitements dégradants, pendant lesquelles il fait arrêt cardiaque.

Au moins quatre agents des forces de répression investissent la cellule et immobilisent Jozef Chovanec. Ligoté aux poignets et aux pieds et enroulé dans une couverture, Jozef Chovanec va en outre subir un plaquage par un policier, qui pèse de tout son poids sur lui pendant 18 minutes. Cette technique d’interpellation n’est pas sans rappeler les plaquages au sol ou ventraux dont ont été victimes aussi bien George Floyd qu’Adama Traoré et qui constituent un élément de l’arsenal répressif policier.

Mais l’horreur ne s’arrête pas là. Les images prises dans la cellule montrent une hilarité générale de la part des policiers sur place. Une policière danse en voyant Jozef Chovanec se faire étouffer sous ses yeux et se fend d’un salut nazi en imitant la moustache de Hitler. Le sentiment d’impunité est total puisque les policiers affirment que la mort de l’homme ne serait “pas une perte pour la société”. On voit, une fois de plus, que la police ne s’embarrasse pas de déontologie quand il s’agit d’user de la force sur un individu qu’elle a déjà condamné.

Quelques jours plus tard, Jozef Chovanec meurt à l’hôpital des suites de l’arrêt cardiaque qu’il a fait lors de cette violente intervention. Ann Van de Steen, avocate de la famille de Jozef Chovanec réclame l’ouverture d’une nouvelle enquête pour faire toute la lumière sur cette affaire, tandis que la direction de l’aéroport de Charleroi condamne les actes commis par ces agents.

Toujours est-il que la justice belge patine depuis deux ans sur cette affaire et que la police fédérale belge prend très à la légère ce type de comportement. Dans un communiqué, elle affirme avoir pris des « mesures internes » tels que des « débriefing, directives internes plus strictes etc. ». Par ailleurs, le syndicat de police belge SNPS estime que cette image a été “totalement et honteusement tirée de son contexte”. À ce jour, seule la policière auteure du salut nazi a été écartée, mais les autres policiers n’ont eu aucun compte à rendre après la mort de l’homme qu’ils ont violenté.




Mots-clés

Police   /    impunité policière   /    Belgique   /    Violences policières   /    Monde