^

Politique

LE SCANDALE DES MASQUES CONTINUE

Scandale : 17 millions de masques potentiellement toxiques distribués aux soignants par le gouvernement

Près de 17 millions de masques ont été rappelés par le ministère après avoir été distribués aux soignants. Ces masques qui contiennent du graphène, une nano-particule potentiellement dangereuse, ont pourtant été utilisés depuis avril 2020. Si la dangerosité de ces masques n’a pas été établie, ce nouveau scandale est une énième preuve de la gestion désastreuse de la crise sanitaire par le gouvernement.

mercredi 2 juin

Source photo : AFP

Comme l’a soulevé Médiapart, près de 17 millions de masques qui avaient été distribués aux soignants ont été rappelé par le ministère de la Santé. En effet, dans un communiqué titré « Urgent – information de sécurité », publié sur le site de l’ANSM (agence nationale du médicament), Santé Publique France a appelé les hôpitaux à arrêter d’utiliser certains masques qui leurs avaient été envoyés. L’organisme gouvernemental écrivait aux directions des établissements de santé : « Votre structure est susceptible d’avoir été destinataire de masques labellisés « Biomass Graphène ». Dans l’attente de l’évaluation de l’éventuel risque lié à la présence de graphène dans ces masques, et par précaution, il vous est demandé de ne plus les utiliser. »

Dans un document envoyé par l’ARS aux directions hospitalières d’Ile de France, que Médiapart a consulté, il est précisé que « 60,5 millions de masques FFP2 dotés d’un marquage CE pouvant potentiellement contenir du graphène, dont 16,9 millions ont d’ores et déjà été distribués en 2020 », soit « 28 % des stocks reçus » ont été « identifiés ». En clair, le ministère admet avoir fourni des masques potentiellement dangereux aux soignants. Ces masques, produits par le fabricant chinois Shandong Shengquan New Materials, avaient été commandés en avril 2020, en pleine période de pénurie de masques pendant la première vague du Covid.

Dans son article, l’Obs, explique : « Le graphène, un nouveau nanomatériau léger et ultrarésistant aux applications multiples et très prometteuses, aurait des propriétés antivirales et antibactériennes, mais serait également susceptible de provoquer des risques de difficultés respiratoires en cas d’inhalation de particules. » Déjà, il y a deux mois, ces masques avaient été rappelés par le gouvernement canadien. Santé Canada expliquait dans un rapport que les études scientifiques actuelles « révèlent que l’inhalation de particules de graphène pourrait causer une toxicité pulmonaire précoce chez les animaux ». S’il n’y a encore aucune assurance sur les conséquences pour les humains, rien est assuré sur le danger que peuvent constituer ces masques au graphène.

Ce scandale n’est pas sans rappeler celui sur les masques DIM toxiques, en octobre dernier, que le gouvernement avait alors distribué aux enseignants, et qui ont été révélés toxiques par Reporterre. En vérité, ce scandale sanitaire dévoile une nouvelle fois l’incompétence du gouvernement dans sa gestion de la crise sanitaire. Pour pallier la grave pénurie de masques qui avait marqué la première vague du Covid-19, le gouvernement a mis en danger les travailleurs en première ligne du virus. Après les enseignants, ce sont les soignants qui apprennent qu’ils ont été mis face à des particules dangereuses à cause de la gestion sanitaire désastreuse de Macron. Le même qui aujourd’hui se pavane dans les terrasses de café, en se servant de la réouverture pour apparaître comme un président triomphant autour de soi-disant nouveaux « jours heureux », est responsable du désastre sanitaire et de la mise en danger des soignants et de la population. Ce nouvel épisode rappelle à ceux qui l’avaient oublié ce qu’a été la politique du gouvernement pendant toute la durée de la crise sanitaire, qui n’a cessé de mettre nos vies en danger pour sauver les profits du patronat.




Mots-clés

Masques   /    Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Macronisme   /    Scandale   /    Santé   /    Politique