^

Monde

Black Lives Matter

Scandale. Derek Chauvin, le policier qui a tué Georges Floyd, a été libéré sous caution

L’ancien policier de Minneapolis qui avait été filmé maintenant son genou sur le cou de Georges Floyd jusqu’au décès de ce dernier a été libéré sous caution. Il est donc libre jusqu’au procès, où il est le principal accusé. Les autres policiers impliqués dans la mort de l’africain-américain de 44 ans ont été eux aussi libérés sous caution ces dernières semaines.

jeudi 8 octobre

Le 25 mai dernier, Derek Chauvin avait été filmé à genoux sur le cou de Georges Floyd, menotté et couché sur le ventre jusqu’à sa mort par étouffement. Cet acte avait conduit à une mobilisation sans précédent à travers les États-Unis mais aussi en France avec des rassemblements importants pour obtenir la vérité pour Adama.

Sous la pression des manifestations et des émeutes, des sanctions avaient été prises contre les 4 policiers impliqués dans la mort de Georges Floyd. Ils ont été renvoyés de la police avant d’être arrêtés. Ce mouvement de révolte contre les violences racistes de la police a été l’un des plus important depuis le mouvement des années 60 et avait été investi autant par les blancs que les afro-américains ou les hispaniques.

Ce mouvement a poussé Biden dans ses retranchements et l’a forcé à se montrer sous son jour le plus réactionnaire, en le poussant à renier les revendications progressistes sur l’abolition de la police. Plusieurs villes avaient aussi annoncé le « remodelage » de leurs forces de police à l’image de la ville d’Atlanta.

Il n’en reste pas moins que l’État reste en faveur des forces de répression. C’est ce que montre la libération sous-caution des 4 policiers et en particulier de Derek Chauvin, l’accusé principal. Comme l’a indiqué l’avocat de la famille de Georges Floyd, Ben Crump, Derek Chauvin a « acheté sa liberté après avoir volé la vie de Georges Floyd pour 20$ » (Georges Floyd aurait été interpellé pour l’utilisation d’un faux billet de 20$).

Les policiers basent leur défense sur une hypothétique « overdose au fentanyl », un opioïde, et donc sans aucun rapport avec l’étouffement qu’il a subi de la part de Derek Chauvin. D’après le frère de la victime, et selon toute évidence, cette hypothèse va à l’encontre des résultats de l’autopsie qui lient le décès à l’écrasement du cou de Georges Floyd sous le genou du policier.

Cette libération arrive alors que le paysage politique américain est dominé par l’élection présidentielle plutôt que par les actions de masse et de lutte des classes, alors que l’économie américaine pourrait encore beaucoup souffrir de la crise économique en cours et que Donald Trump fait passer les aides aux ménages les plus fragiles dans le jeu électoral.

L’annonce de la libération de Chauvin a déclenché de nouvelles manifestations, et le gouverneur du Minnesota a annoncé le déploiement de 100 soldats de la garde nationale pour les réprimer. Aux États-Unis comme en France, la justice pour les morts sous les coups de la police ne peut s’obtenir que par un rapport de force important dans la rue.




Mots-clés

#JusticeForGeorgeFloyd   /    #BlackLivesMatter   /    Racisme   /    Violences policières   /    Etats-Unis   /    Monde