^

Notre classe

Discrimination syndicale

Scandale à la SNCF. "Tous ceux qui ne font pas partie de cette liste n’ont plus leur place en Gare de Lyon"

À Gare de Lyon la société Lancry qui sous-traite pour la SNCF dans le domaine du gardiennage a perdu le marché. La SNCF a fait une liste des salariés à garder qu’elle a soumis à la nouvelle entreprise. Honteux.

mercredi 23 janvier

Crédits photos : Un rassemblement de syndicalistes de SUD-Rail près de la Gare de Lyon à Paris, le 12 mars GERARD JULIEN AFP OR LICENSORS

Gros scandale en Gare de Lyon pour la SNCF qui a lancé un appel d’offre pour le gardiennage et la sécurité en gare, seulement la SNCF a aussi fait une liste des éléments à garder, et tous ceux ne figurant pas sur cette liste n’ont plus leur place en gare de Lyon.

En plus d’être illégale, c’est une pratique discriminatoire, qui met sur le carreau de nombreux travailleurs et suscite leur indignation !

Il est toujours problématique de passer d’une entreprise à une autre, tous les 5 ans en moyenne, donc 6, 7, 8 fois dans une vie de travail... Le code du travail prévoit un seuil plancher de 80% de salariés transférés et pour les 20% restants, c’est la porte ouverte aux abus discriminatoires. Certaines CCN (nettoyage, manutention ferroviaire,...) ont limité ces dérives avec une reprise à 100% à partir de 6 mois d’ancienneté.

Dans le gardiennage, un projet d’accord de ce type avait vu le jour il y a quelques années, mais n’a jamais été ratifié.

Nous relayons ci-dessous le communiqué de Sud Rail Paris Sud Est :

La société Lancry sous-traite au profit de la SNCF des agents de sécurité en gare de Lyon. Cette société de gardiennage vient de perdre le marché au profit d’une autre société. Dans le cadre de la passation du marché, une partie des salariés est transférée dans la nouvelle entreprise. Mais jusqu’ici rien d’illégal. Ce qui est illégal par contre et même choquant, c’est que lors des entretiens exploratoires, il est clairement dit aux salariés que la SNCF, le donneur d’ordre, via sa représentante en gare de Lyon, a donné une liste d’agent à garder et donc tous ceux ne faisant pas partie de cette liste, n’ont plus rien à faire en gare de Lyon.

Cette liste est non seulement illégale, mais condamnable pénalement de 3 ans de prison et 15.000 euros d’amendes.
En effet comme par hasard de nombreux syndicalistes et/ou grévistes en sont exclus et doivent donc déguerpir de la gare de Lyon.

Que la SNCF pratique ce genre de méthode aussi illégale que choquante, montre à quel point certains de ses dirigeants sont prêts à tout afin de se débarrasser de personnels indésirables et ce, en toute illégalité.
Plus d’une vingtaine de témoignages officiels ont été recueillis relatant les propos discriminatoires de cette situation.
SUD-Rail devant la gravité des faits est immédiatement entré en contact avec la responsable de Gares et Connexions en gare de Lyon. Mais hélas cela ne l’a visiblement pas perturbée.
Pourtant certains agents de Lancry travaillent en gare de Lyon depuis de nombreuses années et vont se faire évincer au profit de plus jeunes salariés dans les petits papiers de la SNCF.
Il est de notre devoir d’informer les usagers de la gare de Lyon, mais également les cheminots de la SNCF, dont un décret de transfert du personnel vient d’être fraîchement publié, de cette situation révoltante.
Nous appelons tout le monde à apporter toute sa solidarité vis-à-vis de ces salariés injustement listés. Relayer l’information autour de vous, via vos réseaux sociaux, cette injustice ne peut rester sous silence.




Mots-clés

SUD-Rail   /    Cheminot-e-s   /    SNCF   /    Notre classe