^

Politique

Scandale sanitaire ? Le gouvernement aurait donné de mauvaises instructions d’injection des vaccins Pfizer

Selon un article du Parisien et un article de Franceinfo, le ministère de la Santé aurait donné de mauvaises instructions d’injection des vaccins Pfizer, ce qui aurait conduit à une mauvaise utilisation de ces derniers. La macronie aura-t-elle à faire face à un nouveau scandale sanitaire ?

jeudi 7 janvier

Crédits photo : AFP/Christophe Simon

La macronie aura-t-elle à faire face à un nouveau scandale sanitaire ? Selon un article du Parisien et un article de Franceinfo, le ministère de la Santé aurait donné de mauvaises instructions d’injection des vaccins, ce qui aurait conduit à une mauvaise utilisation de ces derniers.

Le laboratoire Pfizer indique qu’il faut injecter le vaccin “par voie intramusculaire dans le muscle deltoïde après dilution”, avant de préciser : “ne pas injecter ce vaccin par voie intravasculaire (dans les vaisseaux sanguins), sous-cutanée (dans la couche de graisse directement sous la peau) ou intradermique (dans le derme).” Pourtant, Le Parisien explique que sur les photos de soignants en train d’inoculer le vaccin, ces derniers pincent la peau des patients avant l’injection, utilisant ainsi une technique employée pour les injections sous-cutanées, et non intramusculaires.

Auprès de France 2, Stéphane Gendry, médecin réanimateur à l’hôpital d’Avicennes, à Bobigny, explique : “Ce qu’il ne faut pas faire c’est un pli cutané, injecter à 45 degrés et utiliser des petites aiguilles. […] Il faut prendre le muscle, piquer perpendiculairement avec une aiguille de la même taille.” SI l’on comprend bien, les vaccins auraient donc jusqu’à maintenant été injectés de la mauvaise manière.

Mais le scandale réside dans le fait que cette mauvaise utilisation du vaccin viendrait apparemment de mauvaises recommandations de la part du ministère. En effet, dans la première version du “guide d’utilisation de la vaccination en Ehpad et dans les unités de soin de longue durée”, le ministère de la Santé indique le protocole suivant : “Prendre la seringue pré-remplie de vaccin. Purger l’aiguille et chasser la bulle d’air de la seringue. Faire un pli cutané entre le pouce et l’index. Injecter le vaccin par voie intramusculaire”. Le guide donnerait donc des informations contradictoires, conseillant dans un premier temps une technique d’injection sous-cutanée pour ensuite indiquer l’emploi d’une injection intramusculaire.

Par ailleurs, les soignants qui apparaissent sur les photos semblent utiliser des aiguilles de type 25G, utilisées pour les injections sous-cutanées, le ministère recommandant leur emploi ou celui des aiguilles de type 23G. Un élément qui, s’il ne prouve rien dans la mesure où le type d’aiguilles varie selon les pays et où Pfizer n’a pas précisé le diamètre des aiguilles à utiliser, renforce les doutes quant aux recommandations du gouvernement.

À la suite des sollicitations de France 2, et après que des médecins se soient indignés sur les réseaux sociaux, et sans doute dans la peur d’un nouveau scandale sanitaire, la Direction générale de la santé a modifié les recommandations, qui se résument aujourd’hui à “tendre fermement la peau entre l’index et le pouce, sans faire de pli cutané”. Une preuve, donc, que les premières recommandations étaient fausses.

Alors que la campagne a débuté il y a une semaine et demi déjà, et que la lenteur à laquelle elle est mise en place est critiquée de toute part, ce nouveau scandale vient confirmer le caractère chaotique de la gestion des vaccins par le gouvernement. Il s’inscrit par ailleurs dans un contexte où les puissances impérialistes, qui s’étaient accaparé la majorité des vaccins – 82% de la production de Pfizer et 28% de celle de Moderna sont détenus par les premières puissances mondiales –, se retrouvent face à une révision à la baisse du nombre de doses prévues, faute de capacités de production suffisantes. En Allemagne s’agite déjà le spectre d’une pénurie de vaccins, montrant une fois l’irrationalité d’une gestion de la crise sanitaire guidée par les profits.

En France, le gouvernement français trouve même le moyen de gaspiller les vaccins déjà à disposition. On savait déjà que faute d’avoir prévu assez tôt un nombre suffisant de contenants pour les vaccins, 30% des doses pourraient être perdues ; mais s’il s’avérait que les injections de vaccin s’étaient jusqu’à maintenant effectuées de mauvaise manière, le gaspillage pourrait se voir multiplié. Car comme l’explique le docteur Rachid Bahi sur Twitter, “le risque c’est potentiellement d’avoir un vaccin inefficace car injecté en sous cutané et non en intramusculaire.”

Une fois de plus, le gouvernement Macron montre son incapacité à gérer la crise sanitaire de manière rationnelle et efficace. Entre le scandale des masques, l’échec de la stratégie de dépistage, et aujourd’hui la lenteur de la campagne de vaccination, il est plus clair que jamais que nous ne pouvons laisser notre santé entre ses mains.




Mots-clés

vaccin   /    Olivier Véran   /    Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Politique