^

Politique

Extrême-droite

Selon le Canard enchaîné, Zemmour aurait déclaré 8 fois moins que le montant réel de ses revenus

Zemmour un candidat qui se veut « anti-système » aurait menti sur ses revenus devant la justice. Selon Le Canard Enchaîné, celui qui a déclaré 5000 euros de salaire gagnerait près de huit fois.

vendredi 4 février

Crédits photos : AFP

Le 14 janvier dernier, alors qu’il comparaissait devant la justice pour provocation à la haine raciale, Zemmour déclare qu’il ne gagne que 5 000 euros par mois. Mais ce chiffre serait bien en-deçà de la réalité. Le Canard enchainé a ainsi révélé que Zemmour aurait touché en réalité plus 265 000 euros en 2019. D’autant plus qu’il faudrait ajouter à cette période la somme perçue pour ses droits d’auteurs, de l’ordre de 240 000 euros. Un total titanesque de 505 000 euros par an soit 42 000 euros par mois, soit plus de 8 fois plus de ce qu’il a déclaré.

Loin du profil anti-système qu’il cherche à se donner, Zemmour s’inscrit dans la lignée de nombreux politiciens en cherchant à falsifier ses revenus pour réduire le montant de son amende pour provocation à la haine.

Par ailleurs, au delà de ses scandaleux revenus, Zemmour touche aussi des sommes astronomiques pour sa campagne présidentielle par le biais de soutiens financiers comme les 35 donateurs identifiés par Médiapart dans une enquête : Chantal Bolloré, soeur de Vincent Bolloré, Xaviers Caïtucoli, l’ex-PDG de direct Energie, ou encore des cadres dirigeants de Vinci ou Channel

Si Zemmour veut se donner l’image du candidat au soutien populaire, les faits le contredisent constamment. C’est un candidat travailleur, qui ne ment pas sur son salaire, qui peut représenter honnêtement et modestement les jeunes, les travailleurs, les quartiers populaires. C’est la voix d’Anasse Kazib, qui jongle entre les ⅜ et sa campagne, que nous voulons entendre aux présidentielles 2022, la voix d’une campagne financée par les dons de tous ceux qui se retrouvent dans celle-ci, et pas par des multimilliardaires.



Mots-clés

Droite   /    Présidentielles 2022   /    Eric Zemmour   /    Extrême-droite   /    Politique