^

Notre classe

5 décembre

Sept des huit raffineries en grève. Ça se mobilise aussi dans le privé !

Ce n’est pas seulement dans le public qu’on se mobilise ce 5 décembre. Au niveau des raffineries, il y a sept des huit raffineries de l’hexagone en grève ce matin.

jeudi 5 décembre 2019

Du « jamais vu ». Voilà les mots d’Emmanuel Lépine, secrétaire fédéral CGT Chimie, à l’AFP.

Cette première journée de grève semble être une réussite, notamment dans les raffineries. En effet, sept des huit raffineries françaises sont en grève contre la réforme des retraites. Le secrétaire fédéral a indiqué qu’ « aucun produit ne sort, par pipeline ou par chargement de camion ».

Les raffineries de Total à Donges (Loire-Atlantique), Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime), Grandpuits (Seine-et-Marne), Feyzin (métropole de Lyon) et la Mède (Bouches-du-Rhône) sont en grève. Seule la raffinerie Esso de Port-Jérôme-Gravenchon (Seine-Maritime) n’est pas touchée par le mouvement.
Emmanuel Lépine explique que lors des précédentes grèves, que ça soit en 2010 contre la réforme Sarkozy des retraites, en 2016 contre la loi El Khomri ou encore en 2018 pour les salaires, le mouvement était moins suivi.

Fabien Cros, élu CGT à la Mède, affirme qu’« aucun produit ne rentre ni ne sort » et que « le mouvement est prévu jusqu’à lundi 9 décembre ». Or, si pour l’instant il n’est pas question de pénurie de carburants, la situation pourrait bien changer si la grève est reconduite dans les raffineries jusqu’à lundi.

En 2016, le mouvement de grève reconductible contre la loi Travail avait arrêté la production pendant plusieurs semaines impliquant l’arrêt des moyens de productions, mais aussi des pénuries d’essence dans toute la France. Un arrêt de la production qui n’est pas encore à l’ordre du jour.

Pour l’instant, le grève semble se diriger vers une prolongation comme l’a expliqué Adrien Cornet, syndicaliste CGT de Grandpuits. « Nos attentes sont simples, que Macron jette sa réforme à la poubelle. Sans ça, nous ne bougerons pas. La grève a été votée à 90 %, et sera reconduite demain à 14 heures, après un nouveau vote, si la situation n’a pas évolué. Nous défendons nos acquis ».

Les raffineurs ne seront pas les seuls à continuer la lutte jusqu’à lundi comme la RATP. Et c’est vers quoi il faut se diriger. Il faut amplifier le mouvement et que les grévistes décident eux même de reconduire le mouvement, continuer vers un tous ensemble afin de défaire Macron et sa réforme.




Mots-clés

5 décembre   /    Macronisme   /    Grève   /    Grèves raffineries    /    Grève générale   /    Emmanuel Macron   /    Notre classe