^

Politique

Violences policières

Septuagénaire blessée. Pour Macron "Quand on est fragile, on ne se met pas dans des situations comme celle-ci"

Macron fait frapper les retraités et leur donne des conseils de sagesse. Suite à la blessure grave de Geneviève Légat, militante d'attac, septuagénaire, violemment jetée à terre par les "forces de l'ordre" lors de l'acte XIX des Gilets Jaunes, Macron montre encore une fois son mépris de classe en jetant la responsabilité de cette blessure sur... la victime !

lundi 25 mars

Samedi dernier, durant l’acte 19 des Gilets jaunes, aux alentours de 10h, la préfecture donnait l’ordre d’évacuer la place Garibaldi à Nice. Peu de temps après avoir encerclé les manifestants, les CRS ont procédé à une charge. C’est dans ces circonstances qu’une militante d’Attac âgée de 73 ans fut grièvement blessée. Hospitalisée, sa fille indique qu’elle “souffre de plusieurs fractures au crâne, au rocher (oreille interne) et des hématomes sous-duraux".

Ce lundi, dans un entretien pour Nice Matin, Emmanuel Macron a réagi : "Quand on est fragile, on ne se met pas dans des situations comme celle-ci". Une réaction qui n’a pas manqué d’interpeller la Ligue des droits de l’Homme qui publie un communiqué pointant du doigt “des consignes délivrées par le ministre de l’Intérieur.”. Mais encore une fois, le Président de la République pousse son mépris glaçant jusqu’à déclarer dans le même entretien : “Je souhaite d’abord qu’elle se rétablisse au plus vite et sorte rapidement de l’hôpital, et je souhaite la quiétude à sa famille. Mais pour avoir la quiétude, il faut avoir un comportement responsable”

Macron samedi dernier, a envoyé la police et l’armée pour empêcher les Gilets Jaunes de manifester et quand il est sommé de rendre des comptes sur les blessures causées par les forces de répression sur une dame de 73 ans, il ressort sa morgue habituelle et lui fait porter la responsabilité de la blessure, criminalisant une fois de plus les manifestants .

Pour ne plus risquer d’être blessés, Macron propose donc à nos aînés de ne plus manifester. Une solution qui serait bien pratique pour le gouvernement quand on sait que les retraités font partie intégrante du mouvement des Gilets Jaunes, luttant contre les conditions déplorables dans les Ehpads, les retraites misérables et pour un meilleur avenir pour leurs enfants et petits-enfants. Et quand bien même, que dire alors de Zineb Redouane, cette dame âgée de 80 ans, ayant trouvé la mort à Marseille, victime d’un tir de grenade lacrymogène alors qu’elle ne faisait que fermer les volets dans son appartement ?

Crédits photo : Reuters




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Emmanuel Macron   /    Répression   /    Politique