^

Politique

Offensive réactionnaire

Siège du PCF tagué par des néo-nazis : syndicalistes, militants et soutiens rassemblés à Albi en réponse

Dans la nuit de vendredi à samedi, le siège du PCF du Tarn situé à Albi a été le cible de néo-nazis qui ont tagué la façade du bâtiment de croix celtiques. Cette attaque prend place dans un contexte d'offensive réactionnaire et a donné lieu à un rassemblement de solidarité.

mercredi 2 septembre

Crédit photo : Initiative Communiste

En pleine période d’offensive réactionnaire de la part de l’extrême droite, qui n’hésite plus à représenter Danièle Obono en esclave ou à menacer de mort notre camarade syndicaliste à Sud Rail et membre du NPA-Révolution Permanente Anasse Kazib, le siège de la fédération du PCF dans le Tarn a été la cible d’une attaque néo-nazie dans la nuit de vendredi à samedi.

Le local du PCF situé sur le boulevard Montebello à Albi a, en effet, était tagué de croix celtiques, symboles des identitaires et des suprématistes, et d’un message « Toujours là » qui résonne comme une menace contre toutes les forces progressistes de la région et au-delà. Comme le souligne Roland Foissac, militant PCF et membre du conseil municipal d’Albi, « ce n’est pas la première fois que cette maison connaît des dégradations, mais c’est la première fois que figure la signature clairement identifiée d’un groupuscule néonazi et suprémaciste ». Signe de ces temps où la jeunesse a manifesté massivement dans les rues contre les violences policières et le racisme systémique, l’extrême droite sort du bois et renchérit par des provocations et des intimidations.

Dans un communiqué diffusé par la fédération du PCF, le parti affirme que « les communistes ne céderont à aucune intimidation, leur colère est immense, leur détermination à combattre le fascisme se renforce, ils resteront debout et ils continueront de porter leurs valeurs pour la construction d’une société plus humaine, solidaire et écologique ». Un appel à rassemblement a aussi été donné à toutes les forces progressistes pour montrer leur solidarité face à l’extrême droite et ses tentatives d’intimidation.

Hier soir à 17h30, plusieurs dizaines de personnes se sont donc rassemblées pour dénoncer l’attaque réactionnaire visant le local PCF. Des militants PCF mais également du NPA étaient présents en solidarité. Des syndiqués de la CGT, de solidaires et de la FSU étaient également présents pour afficher leur soutien. Des prises de parole pour manifester solidarité et opposition au fascisme ont permis de montrer la détermination à ne pas laisser passer l’extrême droite. En cette période d’offensive décomplexée des forces réactionnaires, l’opposition systématique au racisme et à l’extrême droite est une nécessité impérative.




Mots-clés

PCF   /    NPA   /    Extrême-droite   /    Politique