^

Jeunesse

Racisme

Sorbonne. La présidence s’allie à l’extrême-droite pour empêcher l’inscription des réfugiés d’Ukraine

Ce mardi 19 avril, le Poing Levé a présenté une nouvelle fois en CFVU une motion pour exiger l'accueil et l'inscription de tous les étudiants réfugiés de la guerre. Pour faire empêcher ce vote la présidence s'est alliée à la Cocarde un syndicat étudiant d'extrême droite.

mercredi 20 avril

Ce mardi 19 avril, les élus du Poing Levé ont porté en CFVU de l’université Paris 1 une motion défendant l’inscription inconditionnelle, sans droit de regard sur la nationalité ou l’origine de tous les étudiants fuyant la Guerre en Ukraine :

« Depuis plusieurs semaines, des millions de personnes fuient la guerre, les bombardements et les massacres qui ont lieu en Ukraine, parmi celles-ci se trouvent de nombreux étudiants.Au regard de la gravité de la situation, la CFVU de Paris 1 assure que tous les étudiants qui ont fui la guerre en Ukraine et qui demandent à intégrer l’Université y seront inscrits, si nécessaire par voie dérogatoire. Cette mesure est motivée sans condition de nationalité. Elle demande leur régularisation,sans conditions de nationalité non plus. »

Le texte a été refusé par une courte majorité, de 11 voix pour et de 13 contre. La présidence de son côté n’a pas hésité à s’allier avec, La Cocarde, un syndicat d’extrême droite, pour faire refuser la motion. Sans cette alliance, les résultats du vote montrent que le texte aurait été accepté.

Ce nouveau vote montre l’hypocrisie d’une présidence qui lors du dernier Conseil d’administration faisait mine d’être favorable à ces inscriptions. Pourtant, au moment de faire face à ses responsabilités c’est avec l’extrême droite qu’elle a décidé de faire barrage à l’inscription des étudiants réfugiés.

La présidence a ensuite justifié son vote par des capacités d’accueil qui ne permettraient pas ces inscriptions. Un argument hypocrite quand dans le même temps l’université d’Aix-Marseille inscrit déjà les étudiants réfugiés.

Dès lors, l’université de Paris 1 continue à appliquer un « tri raciste » entre les réfugiés de la guerre d’Ukraine, entre ceux qui ont la nationalité ukrainienne et ceux qui ne l’ont pas. Face à cette politique, le combat et la mobilisation pour l’inscription et la régularisation de tous les réfugiés doit continuer. En effet, le temps presse et ces étudiants, qui ont pour la plupart reçu des autorisations provisoires de séjour d’un mois seulement, risquent d’être exclus très prochainement du territoire français.

C’est pourquoi plus que jamais, il est nécessaire que chaque étudiant ayant fuit les bombardements et qui tente de reconstruire sa vie en France, puisse le faire dans de bonnes conditions. Il est nécessaire que le gouvernement et les présidences d’université ouvrent les établissements de l’enseignement supérieur et régularisent tous les réfugiés, sans distinction de nationalité.



Mots-clés

La Sorbonne   /    Guerre en Ukraine   /    Etudiants étrangers   /    Etudiants    /    Le Poing Levé   /    Migrants   /    Ukraine   /    Réfugiés   /    Jeunesse