^

Jeunesse

Convergence Etudiant-Cheminots

Souffrance au travail. « C’était important de venir aujourd’hui », des étudiants en soutien aux cheminots

Ce mardi 4 juin, une manifestation nationale réunissant 5 000 personnes dénonçait le pacte ferroviaire mis en place au terme du bras de fer entre le gouvernement et les cheminots l’année dernière. Une occasion pour les étudiants de montrer leur solidarité envers les travailleurs, qui ont pu malgré la répression tisser des liens de lutte.

jeudi 6 juin

« Pour nous en tant qu’étudiants c’était important de venir aujourd’hui, de la même manière que l’année dernière les cheminots sont venus nous aider »

L’année dernière, à la même période, la « bataille du rail » se concluait par le vote au Sénat de la réforme néo-libérale qui devait servir d’exemple à la première année de mandat de Macron. Cette casse du secteur public n’a alors pas manqué de faire écho aux étudiants en lutte contre Parcoursup et la précarisation de l’enseignement supérieur.

« On dénonce la politique criminelle de la SNCF, notamment envers les femmes cheminotes »

Mais loin d’avoir brisé la détermination des étudiants et des travailleurs, les plus motivés se sont retrouvés à Paris ce 4 juin à l’appel des syndicats de la SNCF, rejoints également par les Postiers du 92, dans un contexte où plus de 60 cas de suicides sont recensés depuis 2017 dans l’entreprise ferroviaire. Les démonstrations de solidarité se sont multipliées l’année dernière, notamment à travers des actions communes et des prises de paroles dans les assemblées générales respectives, mettant en avant la convergence des luttes et leur perspective de classe face à un gouvernement soucieux de défendre le patronat, qui seul à intérêt à rendre rentable les chemins de fer et l’enseignement jusque-là relativement accessibles.

« On ne peut pas espérer avoir une vie épanouie et être émancipées […] ce n’est pas anodin, il y a une explication à tout ça : les gens n’en peuvent plus de l’exploitation jusqu’au bout. »

Alors que le procès France Télécom bat son plein, que des vagues de licenciements pleuvent dans beaucoup de secteurs du public comme du privé, et que les travailleurs font de plus en plus le lien entre les conditions de travail, la précarité et la souffrance qu’elles engendrent, des étudiantes des universités parisiennes ont tenu à expliquer les raisons de leurs présence, mettant en relief les illusions maintenues par le gouvernement sur la « réussite » alors que la destruction de la protection au travail et l’écart entre les richesses n’ont faits que s’accentuer aux cours des dernières années.




Mots-clés

Convergence   /    Jeunesse