[Nos archives]

Sous le signe du vagin

Giuliana Martini

Sous le signe du vagin

Giuliana Martini

En faisant, depuis les bancs de l’Assemblée, le « signe du vagin », Sandrine Rousseau a soulevé bien des interrogations. Retour sur un geste qui en dit long.

En faisant le « signe du vagin » pendant un discours d’Aurore Berger, la présidente du groupe Renaissance à l’Assemblée, Sandrine Rousseau a choisi d’opposer un geste de résistance aux petites manœuvres macroniennes. Cela n’a pas manqué d’en désarçonner certains, incapables de lire dans ce signe formé par les deux mains les raisons et les origines d’un combat. De façon assez cocasse, et avant que la principale intéressée ne s’explique sur la signification de son geste, BFM, copié par la suite par plusieurs médias, est allé chercher dans les archives de RPDimanche quelques éléments de contexte. Nous les livrons, ici, tels que nous les avions publiés dans notre numéro 3, sorti à l’occasion de l’édition du 25 novembre 2018 consacré aux violences faites aux femmes.

***

Dans les années 1970, en hissant les bras au-dessus de leur tête et en joignant les mains en forme de triangle, les féministes italiennes exhibaient le sexe des femmes.

Avec ce geste, elles inventaient un nouveau symbole de combat qui allait accompagner, tout au long des années du « Mai rampant », ce « Mai 68 » à l’italienne qui allait durer plus d’une décennie. Ce vagin irait bientôt de pair avec d’autres gestes de la main, paradigmatiques de cette période de grande conflictualité et de tumultes : celui du pouce, de l’index et du majeur joints, symbole du P38 et de la lutte armée, comme, bien entendu, celui, plus classique, du poing levé.

Le geste féministe naît à un moment où, pour reprendre la féministe et essayiste italienne Carla Lonzi, le sexe des femmes n’avait « ni de nom ni de surnom, pas de caractère ni de littérature ». C’est l’époque où, toujours selon Lonzi, le rapport entre les deux sexes désigne le rapport « entre un sexe et sa privation ». En Italie, ce sont les années du référendum sur le divorce (1974), de la réforme du Code de la famille (1975), de la légalisation de l’IVG par la loi 194 (1978). Ce sont également les années au cours desquelles le Code Rocco (qui ne sera abrogé qu’en 1981) concède des circonstances atténuantes aux responsables de « crimes d’honneur ». C’est sur la base de ce même Code que les auteurs de viols sont condamnés pour « atteinte à la morale publique et aux bonnes mœurs », tandis qu’au cours des procès la justice attribue aux femmes victimes de ces mêmes viols des « mœurs légères ».

Le signe du vagin a été le geste d’une génération de femmes en lutte qui agissaient de façon intempestive et inactuelle à savoir, comme le disait Nietzsche, « contre le temps, et, par-là, sur le temps et (…) en faveur d’un temps à venir ». Par en bas, par l’exploration de leur sexe méconnu, elles apprenaient à se regarder, à se toucher, à s’expérimenter, à s’aimer et à jouir d’elles-mêmes. Ce « sexe, qui n’est pas un sexe, [qui] est compté comme pas de sexe. Négatif, envers, revers, du seul sexe visible et morphologiquement désignable », pour reprendre Luce Irigaray, descendait brusquement sur le pavé, dans les manifestations, dans les rassemblements devant les tribunaux. Ce sexe qui n’était pas un sexe, mais uniquement un organe invisible, un attribut destiné à la reproduction, devenait, finalement, sexualité, liberté et politique dans les mains des femmes.

Si l’on en croit Laura Corradi, dans « Nel segno della vagina » [1], on retrouve aux origines de ce geste un meeting à la Mutualité, à Paris, auquel participe Giovanna Pala, en mai 1972. Il s’agit d’une grande assemblée organisée sur les crimes contre les femmes. C’est à cette occasion que Pala monte à la tribune en compagnie d’une camarade grecque et c’est à la fin de l’intervention qu’elles font, toutes deux, le geste du triangle, en s’inspirant de l’une des couvertures du Torchon brûle, la revue féministe publiée entre 1971 et 1973. C’est à partir de ce moment que, comme par contagion, le signe du vagin se diffuse largement en Italie et, plus sporadiquement, en Europe et aux Etats-Unis.

L’irruption de ce geste sur la scène publique est alors considérée comme un acte obscène. Le triangle allusif est non seulement vécu comme une provocation, mais il s’impose également dans un espace étranger où il subvertit les canons du combat politique où le sexisme, y compris dans la gauche radicale, continue à être très prégnant.

Le signe du vagin, en effet, n’a jamais été simplement une mimique, éloquente mais muette, puisqu’il s’agissait avant tout d’un « geste parlé », chanté et scandé par les femmes pour revendiquer le droit à disposer de leur propre corps, pour dénoncer les violences.

Aujourd’hui, le geste féministe a disparu et ne refait surface que rarement. Récemment [en 2018, NdR], en Italie, il est réapparu dans les grandes manifestations contre le gouvernement Salvini-Di Maio et ses projets rétrogrades. Une absence-présence qui implique de s’interroger sur la valeur métonymique de ce triangle : quelle partie pour quel tout ? Ou, encore, quels combats dans l’espace du vagin ?

Des photos de manifs en Italie en 1977

VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE ÉDITION
NOTES DE BAS DE PAGE

[1Ilaria Bussoni et Raffaella Perna, Il gesto femminista. La rivolta delle donne : nel corpo, nel lavoro, nell’arte, Rome, DerriveApprodi, 2014, p.13
MOTS-CLÉS

[Mouvement féministe]   /   [Mai 68]   /   [Féminisme ]   /   [Histoires de femmes]   /   [Italie]   /   [Genres et sexualités]