^

Jeunesse

Rendez-vous à la rentrée...

Sous protection des CRS, la présidence du Mirail vote la fusion... dans un déni total de démocratie !

Ce vendredi 10 février, à 13h, se tenait un nouveau conseil d'administration (CA) du Mirail, en vue de la fusion des universités toulousaines. Délocalisé au rectorat, et sous protection policière, la présidence y a imposé sa feuille de route... en faisant valider des procurations de vote envoyées par mail au tout dernier moment ! Julian Vadis

vendredi 10 février 2017

Si la mobilisation a de nouveau été un succès, avec près de 200 étudiants, personnels et enseignants mobilisés, la journée du 10 février aura aussi été marquée par un déni de démocratie de vaste ampleur de la part de la présidence de l’Université du Mirail, et en premier lieu de son président Daniel Lacroix. Ce dernier, qui n’avait pas hésité à sortir un communiqué truffé de mensonges pour diviser la mobilisation, a cette fois ci sorti le grand jeu pour imposer de force le projet de fusion.

Première phase de l’opération "passage en force", la délocalisation du CA au rectorat, sous protection de nombreux CRS. Ces derniers n’ont d’ailleurs pas hésité à user de la force pour maintenir les nombreux manifestants à distance, et faire entrer une partie suffisante des membres du CA pour le vote. Des procédés d’autant plus inadmissibles que Daniel Lacroix s’était engagé à ne pas user de cette méthode répressive. Un mensonge de plus à ajouter à la liste.

Après une longue attente, la délégation proposée par l’intersyndicale pour faire la lecture d’une motion au CA se voit refuser l’accès au locaux. Une première banderille qui annonce la couleur. Par la suite, les personnes rassemblées parviennent à empêcher l’accès à la réunion à plusieurs membres du CA, ce qui provoque une impasse pour la présidence. Le quorum - c’est à dire, le nombre de présents nécessaire pour pouvoir statuer - n’est pas atteint. De surcroit, le président Daniel Lacroix se retrouve seul, sans l’appui de son syndicat (majoritairement contre la fusion... à l’exception des élus au CA) mais décide alors de passer encore un cran au dessus dans le déni de démocratie. C’est ainsi que les procurations de vote par mails sont acceptées par la présidence ! Mais ou est donc passée la fameuse démocratie tant vantée par Lacroix ? Le vote de la feuille de route, malgré le rejet massif de la communauté universitaire, est donc passé... sans débat, avec les dés pipés d’avance !

Cependant, cette politique a un coût pour Daniel Lacroix. Elle est une véritable déclaration de guerre envers la mobilisation, alors même que le président de l’Université semble disposer d’une marge de manœuvre limitée. Aucun des représentants des personnels non-enseignants, ni des étudiants, ne s’est prononcé pour la feuille de route. Un coup de force qui va laisser des traces, alors que le vote de cet après midi n’entérine pas définitivement la fusion, et que le processus, bien que lancé, peut encore être stoppé. C’est ainsi que les étudiants mobilisés et l’intersyndicale se sont d’ors et déjà donné rendez vous à la rentrée, avec une Assemblée Générale et des assemblées d’UFR pour discuter concrètement des suites de la lutte. Une chose est sure, rien n’est encore joué, les étudiants et personnels s’apprêtent déjà à repartir « à l’assaut » du projet de fusion, et ce dès la rentrée.




Mots-clés

Fusion des universités   /    Mirail   /    Toulouse   /    Université   /    Jeunesse