^

Notre classe

« 115 raisons d'être en colère »

Soutenez les grévistes du Samu social en lutte pour les salaires et leurs conditions de travail

Ce jeudi 29 septembre, les travailleuses et travailleurs du Samu social des Bouches-du-Rhône ont entamé une grève historique pour dénoncer leurs conditions de travail et le manque de moyens. Une caisse de grève a été ouverte pour les soutenir.

mardi 4 octobre

Crédits photos : Révolution Permanente Marseille

« Tout augmente sauf les salaires », les salarié.e.s du 115 ne font pas exception dans le partage de ce constat. Ils étaient en nombre dans les rues marseillaises ce jeudi 29 septembre à l’occasion de la journée nationale de grève interprofessionnelle. Une première grève inédite dans un contexte de crise économique où leurs services n’ont jamais été autant sollicités. Des mineur.e.s sans solution de logement satisfaisante aux victimes de violences conjugales ne pouvant être abritées, l’hébergement d’urgence subit de plein fouet les conséquences des politiques anti-sociales des gouvernements successifs et le désintéressement des représentant.e.s locaux.les.

« Salarié.e.s, usager.e.s, même combat ! », si le public accueilli souffre de ces insuffisances les travailleuses et travailleurs du Samu social supportent tout aussi difficilement ces conditions de travail dégradé. Ce mal-être est accentué par une rémunération dérisoire pour un temps de travail qui ne prend pas en compte la pénibilité de leur mission, avec un sous-effectif constant et une précarisation des contrats qui se généralise, le tout marqué par un manque de considération des instances dirigeantes.

Face à ces nombreuses problématiques, les grévistes se mobilisent pour :

- L’indexation de leurs salaires sur l’inflation et une revalorisation salariale au minimum de 300 € nets mensuels
- La diminution de leur temps de travail journalier
- Le recrutement massif de personnel

Ces travailleurs essentiels qui se mobilisent actuellement font cependant face à la difficulté que tout gréviste rencontre : la question financière. Mais ce n’est pas une fatalité, les salariés du 115 font justement appel à la solidarité pour pouvoir poursuivre leur mobilisation avec le lancement d’une caisse de grève. Une initiative qui a été fortement saluée pendant la manifestation du 29 septembre témoignant du soutien de la population marseillaise. Il est encore temps de continuer à exprimer votre solidarité. Nous appelons tous nos lecteurs à relayer et participer à la caisse de grève :https://www.cotizup.com/caisse-de-greve-115

« Nous ne souhaitons pas lutter de manière isolée, et sommes conscients que seule une mobilisation massive et unitaire permettra de voir nos revendications satisfaites » témoignait le collectif dans leur lettre ouverte. Si cette grève a été une première dans l’histoire du 115 des Bouches-du-Rhône, elle se pourrait bien être le point de départ d’une lutte de longue haleine entraînant avec elle d’autres acteurs de la santé et du social.



Mots-clés

Salaires   /    Travail social   /    Grève   /    Marseille   /    Notre classe