^

Notre classe

Pour la dignité et les conditions de travail

Soutien aux grévistes de l’Infrapôle face à la SNCF et Pécresse : tous à IDF Mobilités le 17 juin !

Depuis bientôt 5 mois, les grévistes de l’infrapôle SNCF Paris Nord se battent pour leurs conditions de travail et la sécurité ferroviaire. Soyons nombreux ce jeudi 17 juin pour les soutenir et dénoncer le mépris de la SNCF et le silence de la présidente d’IDF Mobilités V. Pécresse !

jeudi 17 juin

Pour soutenir les gréviste, donnez à la caisse de grève

Les cheminots de la brigade banlieue de l’infrapôle SNCF Paris Nord, chargés de l’entretien des voies de RER et des trains grandes lignes, sont en grève depuis le 18 janvier. Ils sont mobilisés pour leurs conditions de travail et revendiquent une revalorisation salariale. Mais ils se battent surtout pour la reconnaissance de leur métier. Un travail essentiel, invisibilisé et aux conditions très durs. Ces cheminots travaillent de nuit, dans des conditions insalubres et sont méprisés par leur direction.

Leur métier est essentiel, sans eux les trains ne peuvent rouler dans de bonnes conditions. Mais aujourd’hui, la direction de la SNCF, plutôt que d’accéder à leurs revendications élémentaires, joue à la roulette russe avec la sécurité ferroviaire. En effet, la direction n’assure pas les travaux de maintenance nécessaire pour que les trains roulent dans de bonnes conditions.

Depuis plusieurs semaines, les grévistes et le syndicat Sud-Rail Paris Nord alertent sur les dangers causés par cette gestion du conflit par la direction de la SNCF, et qui pourrait amener à un accident ferroviaire grave de type « Brétigny » (accident ayant eu lieu en 2013 et ayant causé la mort de 7 personnes). Des droits d’alerte ont été déposés, et le syndicat a assigné la SNCF en justice pour exiger qu’elle fournisse les documents prouvant que l’entretien des voies a bien été réalisé. Ce que la direction a toujours refusé.

Le mercredi 19 mai, le tribunal a donné raison aux grévistes et a obligé la direction de la SNCF à fournir ces documents. Reconnaissant ainsi les risques sur la sécurité ferroviaire. Une deuxième condamnation pour la SNCF après avoir été condamnée une première fois pour atteinte au droit de grève.

Ces grévistes incarnent une nouvelle génération de travailleurs qui refusent de baisser la tête face à une direction qui les méprise, qui refusent les conditions de travail dégradées et qui se battent pour le service public. A l’image des éboueurs de la ville de Paris, qui se sont mobilisés récemment pour leurs conditions de travail et pour la dignité, eux qui exercent aussi un métier essentiel et qui sont aussi méprisés par leur direction, la mairie de Paris.

Un rassemblement des grévistes de l’infrapôle initialement prévu le 27 mai devant Ile-de-France Mobilités, avait été interdit par le préfet de police de Paris, Lallement. Signant une nouvelle atteinte au droit de manifester, l’interdiction du rassemblement était loin de décourager les grévistes qui avaient décidé de se joindre à la manifestation des éboueurs et des égoutiers le 27 mai dernier. Aujourd’hui, les grévistes refusent toujours de se laisser intimider et ont décidé d’appeler à un nouveau rassemblement devant IDF Mobilités ce jeudi 17 juin.

Après 5 mois de grève, les grévistes sont plus que jamais déterminés et ont plus que besoin de montrer qu’ils ne sont pas seuls dans leur combat ! Cheminot-es, travailleurs d’autres secteurs, étudiants et usagers, soyons nombreux au rassemblement de soutien pour les grévistes de l’infrapôle Paris Nord, ce jeudi 17 juin devant le siège d’Île-de-France Mobilités à Paris ! Car se battre pour la victoire de des grévistes de l’infrapôle, c’est se battre pour tous, pour le service public du transport, pour toutes celles et ceux qui empruntent les trains chaque jour.

Soyons nombreuses et nombreux ce jeudi pour soutenir les grévistes mais aussi pour dénoncer la SNCF qui méprise les conditions de travail des salariés et qui joue à la roulette russe avec la sécurité, avec le silence complice de Valérie Pécresse, présidente d’IDF Mobilités et du ministre des transports Jean-Baptiste Djebarri, tous deux complices de la casse des conditions de travail dans les transports !

RDV devant le siège d’IDF Mobilité ce jeudi 17 juin au 39 Rue de Châteaudun dans le 9ème arrondissement de Paris !




Mots-clés

Valérie Pécresse   /    SUD-Rail   /    mouvement ouvrier   /    Cheminot-e-s   /    Grève   /    SNCF   /    Notre classe