^

Politique

Impérialisme français

« Suffren » Un nouveau sous-marin pour mener de nouveaux conflits

L'industrie d'armement français se vante de sa nouvelle série de sous-marins facturée à 9 milliards d'euros. Le premier, inauguré ce vendredi par Emmanuel Macron lui-même ainsi que la ministre des Armées Florence Parly, est l'illustration du fleuron de l'impérialisme français.

vendredi 12 juillet

Crédits photo : AFP/ludovic MARIN

Avec ce nouveau sous-marin d’attaque à propulsion nucléaire, « on passe de la [Peugeot] 207 à la Formule 1 », se félicite le capitaine Bertrand Dumoulin, porte-parole de la Marine. Dévoilé ce vendredi au chantier naval de Cherbourg en présence de Macron et de la ministre des armées Florence Parly, il est le premier d’une série prévue de six sous-marins dans le cadre d’un programme, Barracuda, prévu pour remplacer progressivement ses prédécesseurs, les Rubis, construits pendant la guerre froide. Suffren, c’est son nom, un sous-marin géant, de 100 mètres de long et 5300 tonnes en plongée, qui a coûté neuf milliards d’euros : le prix, selon les Échos, "du maintien de la France dans le club des grandes puissances nucléaires et navales aux cotés des États-Unis, de la Russie et de la Chine". Suffren sera livré avant l’été 2020 à la Marine, et trois autres engins devraient le suivre d’ici 2025, plus deux en 2029.

Ces sous-marins d’attaque nucléaire, feraient selon les propos du constructeur autant de bruit qu’un banc de crevettes : chargés de la protection des SNLE, les sous-matins nucléaires lanceurs d’engins français rempliront tout à fait la tâche de l’impérialisme français, ) savoir permettre à la bourgeoisie française de perpétuer sa domination de classe... autrement dit surveiller ses investissements à l’étranger, ainsi que ses colonies, mais également pouvoir intervenir militairement. Selon l’amiral Christophe Pazuck, ils sont « capables de toucher à l’intérieur des terres des cibles à des centaines de kilomètres grâce à ses missiles de croisière ». Une double mauvaise nouvelle pour l’ensemble de notre classe : ils seront une pression encore plus forte dans les pays colonisés, et une somme gargantuesque payée par les contribuables en France qui voient au même moment les services publics s’écrouler par les coupes budgétaires qu’effectue le gouvernement.

Un projet stratégique pour l’impérialisme français

Pour l’industrie de l’armement français, ces sous-marins sont une démonstration de force sur la scène de l’armement international. Le Suffren, digne des films de James Bond, dispose de nombreuses caractéristiques qui en font la nouvelle terreur des mers. Il dispose d’un petit propulseur qui permettra aux plongeurs de combat de se déployer très rapidement, un équipement dont disposent uniquement les Américains et les Britanniques. Le traditionnel périscope a laissé place à un « mât électronique de veille et d’attaque ». « Le périscope qui nécessitait de faire un trou dans la coque a été remplacé par un câble relié à des écrans placés partout dans le central, qui permettent à plusieurs personnes de voir des images de l’extérieur », explique Emmanuelle Gaudez de la DGA (Direction Générale de l’Armement). Le commandant du vaisseau pourra suivre la situation tactique depuis des écrans. Le numérique a largement pris sa place dans ce nouvel engin : il pourra naviguer en autonomie pendant soixante-dix jours à 350 mètres de profondeur, et embarquera deux fois plus d’armement, dont le redoutable missile de croisière naval. Ces monstres d’acier sont des "puzzles de 700 000 pièces, un des objets les plus complexes au monde", souligne Vincent Martinot-Lagarde, directeur du programme chez Naval Group.
"Tirer ce missile d’un sous-marin, par essence indétectable, permet de frapper l’ennemi par surprise, explique Bertrand Dumoulin, capitaine et porte parole de la Marine. Nous serons les seuls en Europe à pouvoir tirer ces missiles à la fois depuis des frégates et des sous-marins, ce qui peut permettre de saturer les défenses aériennes adverses."

La bourgeoisie s’arme sur le long terme : le coeur nucléaire du Suffren ne nécessitera des opérations de maintenance que tous les dix ans. Une nécessité pour "le bon fonctionnement de notre dissuasion nucléaire", pour Florence Parly. Une démonstration de force pour l’industrie de l’armement français, qui a d’ores et déjà interpellé à l’étranger. Douze sous-marins du même genre ont été commandés en 2016 par l’Australie. Des monstres des mers pour continuer de dominer le globe et faire partie des plus grandes puissances impérialistes du monde.




Mots-clés

France   /    Impérialisme   /    Politique