^

Politique

Fake News policière démentie par Libération

« Sulfateuses » et « lances-amarre » dans les manifs : psychose hallucinatoire chez les forces de l’ordre

Des « sulfateuses dans le dos qui balancent de l’acide », des « lances-amarres » dans les manifestations Gilets Jaunes ? C’est la rumeur qu’ont lancée les syndicats policiers Alliance et SGP FO, aujourd’hui démentie par Libé…

mercredi 6 mars

Construire l’adversaire fait partie des nécessités du conflit. En parlant de « sulfateuses ou de « lances-amarre » comme l’ont fait les syndicats policiers Alliance et SGP FO, auprès de France Bleu, les représentants des forces de répression ont clairement voulu monter en épingle la prétendue « dangerosité » des manifestants Gilets Jaunes de Nantes. Mais aucune de ces affirmations, une fois l’enquête du CkeckNews de Libération réalisée, n’a pu être prouvée…

Car, on aurait effectivement du mal à comprendre pourquoi il faudrait une telle débauche de moyens militaires et de violences physiques si les flics avaient en face d’eux « des gens pas contents qui portent des gilets jaunes ». Alors, les forces de l’ordre, par la voix du syndicat Alliance, se racontent et colportent des histoires sur la grande violence des Gilets Jaunes. A Nantes, on a vu une sulfateuse qui lançait de l’acide et par deux fois, un lance-amarre (un matériel utilisé par les marins pour projeter un cordage à distance). Sauf que, du côté de la direction de la police, de la direction centrale des CRS et de la Préfecture, rien de tel n’a jamais été signalé. Grosse fatigue, psychose hallucinatoire ou tentative désespérée de justifier une fois de plus le recours systématique à la violence ?

A la critique des violences policières, Alliance répond « sulfateuse »

Comme on peut difficilement mettre un psy au chevet de chaque CRS, peut-être sera-t-il plus praticable de penser les rumeurs lancées par Alliance du point de vue de leurs fonctions politiques – à usage interne : sur les flics eux-mêmes, et à usage externe : sur la population, les médias.

Pour ce qui concerne les forces de l’ordre, ce type de récit a pour finalité d’abord de faire un portrait bien pratique du mouvement : des gens très dangereux, qui viennent en manifestation dans le but d’en découdre. La police doit donc « faire corps » face à ce danger, renforcer l’unité dans les rangs. Si la monstrueuse sulfateuse et le lance-amarre terrifiant (tous deux inventés, aucune information n’étant venue corroborer ces racontars) ont fait leur apparition dans le discours que la police tient sur le mouvement, cela permet aussi d’opposer aux récits des nombreux mutilés qui commencent à se faire connaître dans les médias et les RS le récit des peurs, qu’on imagine atroces (pensez donc, une sulfateuse et un lance-amarre), des policiers eux-mêmes.

Donc, tous les mutilés, les blessés du côté des Gilets Jaunes peuvent bien dire ce qu’ils veulent sur les violences qu’ils ont subi en manif, tous ceux qui ont perdu un œil, une main, un pied, en face les flics voient des sulfateuses pointées sur eux, quand même. Personne ne sait où et personne d’autre n’a rien vu, mais franchement, des gens qui viennent avec des sulfateuses en manif, normal qu’on ait un peu envie de leur en foutre plein la figure. Ainsi, à tous ceux qui voudraient faire entendre que le mouvement est pacifiste, que la violence est d’abord du côté des forces de l’ordre ET de l’ordre social, Alliance répond : sulfateuse.

« Entre hallucination et délire idéologique »

Evidemment, ça ne tient pas la route, le moindre effort de vérification (comme l’a fait Checknews) conduira à la conclusion qu’il s’agit d’une sulfateuse fantasmatique, à la limite entre l’hallucination et le délire idéologique. On peut imaginer que les flics eux-mêmes, pour certains en tout cas, commencent à trouver un peu vides de sens leurs weekends passés à casser des mâchoires et des crânes. La cause est bonne et la lutte légitime, assène alors le syndicat : les mecs ont des sulfateuses. Contre toute forme de doute ou de culpabilité, la sulfateuse-mirage fait des miracles...

Avec les médias, c’est merveille : depuis le début du mouvement, les radios et télés répètent l’antienne du gouvernement, les flics sont gentils, de vrais agneaux et les Gilets Jaunes l’ont bien cherché – en gros. Avec une sulfateuse et un lance-amarre, c’est du gâteau pour continuer le travail. On imagine par avance le schéma d’explication du fonctionnement de la sulfateuse à acide en power-point dynamique sur LCI et le récit d’un ancien des ports de pêche du Havre sur BFM pour nous apprendre tout ce qu’il faut savoir sur le lance-amarre.

Mais surtout, si construire l’adversaire permet bien sûr de serrer les rangs, y compris au moyen de ressorts mythologiques ou délirants, ce que montre cette rumeur au fond, c’est que la violence qui s’exerce en manif est ressentie comme illégitime et qu’il devient urgent de la conforter dans ses raisons. Et aussi que l’affrontement entre les Gilets Jaunes et la police est pris très au sérieux.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Manifestation   /    Violences policières   /    Politique