^

Politique

Dans le sillage de Macron

Surenchère réactionnaire : l’extrême-droite et la droite amalgament afghans et terroristes

Alors que la situation en Afghanistan est dramatique, l'extrême-droite agite le danger terroriste pour exiger la fermeture des frontières. Toute notre solidarité aux Afghans et exigeons l’ouverture totale des frontières !

mercredi 25 août

Crédit photo : AFP

Le 18 août dernier, une famille de cinq Afghans a été rapatriée sur le territoire français ils ont ensuite été placés sous surveillance dans un hôtel en Seine-Saint-Denis, afin de subir des "mesures individuelles de contrôle administratif et de surveillance" (Micas), une démarche issue des lois anti-terroristes. D’après BMFTV : « l’un d’eux a reconnu son appartenance au mouvement taliban et reconnu avoir porté des armes en tant que responsable d’un barrage taliban à Kaboul  ». Darmanin a affirmé, de son côté, qu’il a « très largement aidé à l’évacuation de l’ambassade de France ». L’un des 5 hommes a été même placé en garde à vue

L’extrême-droite a immédiatement cherché à s’emparer de la situation pour mettre en oeuvre une nouvelle fois un discours ultra-réactionnaire et sécuritaire en faveurs de la fermeture des frontières, à l’image de ce tweet de Marine Le Pen : «  Le « devoir » d’accueil de la France passe en second plan quand la sécurité des Français est menacée. Cet impératif tombe sous le sens sauf pour... le Gouvernement ! MLP ». 

 

Ou encore celui de Xavier Bertrand : 

Une rhétorique nauséabonde qui vise à assimiler tout potentiel réfugié Afghan à un Taliban. Cela afin de justifier une fermeture total des frontières et de sonner toujours plus fort l’alerte sécuritaire d’une France « menacée », alors même que des millions d’Afghans vivent dans des conditions d’une extrême pauvreté dans un pays ravagé par des années de guerres impérialistes auxquelles la France a participé activement.

Ce discours s’inscrit dans la continuité des positions de la droite et de l’extrême-droite au moment de la prise de Kaboul par les Talibans, ils cherchent maintenant à faire de ces cinq afghans, la démonstration de leurs idées et discours xénophobes. Marine le Pen assurait alors au sujet des récents événements : « cette situation entraînera, pour nos pays, un risque accru d’attentats et la perspective de nouvelles vagues d’immigration », ou encore de celle de son bras droit Jordan Bardella : « La reconquête de l’Afghanistan par les fanatiques islamistes appelle un sursaut international pour protéger la France et l’Europe d’une déferlante migratoire sans précédent que nos dirigeants semblent encore prendre à la légère ». Une rhétorique qui vise à agiter à tout va le danger terroriste pour justifier une politique raciste à l’égard des migrants afghans qui fuient leur pays dévasté par des années de guerres impérialistes. 

Loin de tomber dans le piège du racisme et du tout-sécuritaire que tend l’extrême-droite, il nous faut assurer un soutien total au peuple afghan et exiger l’ouverture des frontières pour tou.te.s les Afghan.e.s et ce dans des conditions dignes, bien loin de ce que les Afghans subissent de la part de la Police dans Paris actuellement !




Mots-clés

Afghanistan   /    Marine Le Pen   /    Racisme   /    Extrême-droite   /    Politique