^

Du Pain et des Roses

Police nationale, milice patriarcale ?

Témoin de violences, elle diffuse les cris de sa voisine pour interpeller la police

Face à l’absence de réactions des policiers, une Toulousaine diffuse samedi sur Twitter une vidéo déchirante dans laquelle on peut entendre les cris de sa voisine, frappée par son conjoint. « Je n’ai pas d’autres ressources que de tweeter. La vie de cette femme est en danger. »

mardi 12 février

Crédit photo : Marie ROUGE pour Libération

La nuit du 9 février dernier à 4h du matin, alors que Sofia dormait, des hurlements provenant de chez ses voisins la réveillent. Ce n’est pas la première fois qu’elle les entend, la jeune femme avait déjà fait un signalement il y a quelques semaines auprès de la police. Selon les autres voisins, les cris auraient commencé il y a plus d’un an. La jeune femme toulousaine décide de frapper à la porte de son voisin, l’homme lui ouvre la porte et lui demande de partir en l’insultant. Elle décide d’appeler la police qui selon elle se déplace mais n’agit pas : « Une patrouille est venue, elle s’est contentée de relever les identités. Elle n’est pas restée dans l’escalier pour un éventuel flagrant délit et, immédiatement après son départ, les cris ont repris. »

L’internaute, surprise par l’indifférence des autorités et désespérée par la situation, décide de faire appel aux réseaux sociaux et publie une vidéo tournée dans sa cage d’escalier. « Coups et hurlements de femme pendant trois heures. Mon voisin bat sa femme en toute impunité. La police passe et réclame juste une pièce d’identité et repart. C’est normal ? J’attends qu’il y ait un autre féminicide @prefpolice @PrefetOccitanie @MarleneSchiappa ? », écrit-elle sur Twitter samedi 9 février. Toujours sur ce réseau social, la jeune femme raconte : « Je viens d’appeler la police. Ils ont d’autres choses à faire. Pas leur priorité. Je les supplie, je suis remerciée. Ils ne repasseront pas. Les violences faites aux femmes, la priorité du quinquennat de Marlene Schiappa ? Ou une opération de communication ? ».

Contactée par Actu Toulouse, Sofia détaille la scène dont elle a été témoin la nuit précédente : « […] Vers 6h30, on entendait son corps qui heurtait les murs et le sol. »

Dans une succession de messages, dès 7 heures du matin, la jeune femme a directement interpellé la secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, le ministre Castaner, le préfet de la région Occitanie ou encore le maire de Toulouse. Son message a fait le tour des réseaux sociaux et les autorités ont finalement réagi. Après avoir échangé avec le cabinet de Schiappa en message privé, la préfecture d’Occitanie lui a répondu avec la même indifférence que la police : « l’affaire est en cours de traitement ». La police déclare que la victime avait refusé de porter plainte en disant qu’il s’agissait d’une simple dispute. Sofia, indignée, parle avec ses voisins qui sont d’accord pour témoigner. « C’est une jeune fille de 22 ou 23 ans. Elle est terrorisée, elle a refusé de porter plainte sous la menace de son conjoint », affirme la Toulousaine. « Je ne veux pas être témoin d’un féminicide : ni dans mon immeuble, ni nulle part ailleurs. »

La police a ouvert une enquête dès samedi et convoqué la « lanceuse d’alerte » au commissariat pour témoigner. « Nos policiers ne peuvent être mis en cause. Ils n’ont constaté aucun désordre pouvant laisser penser à des violences et ne pouvaient donc intervenir ». Le couple a indiqué qu’il se disputait. Les policiers affirment en effet que sans preuves ils leur est interdit d’intervenir, affirmation qui contraste énormément avec la situation politique actuelle où des milliers de personnes innocentes se font durement réprimer dans les rues, sans sommations, et où ce sont les forces de répression elles-mêmes qui mettent les vies en danger. Sofia admet qu’elle reste positive car la communauté l’a entendue et indique : « Même si cette femme est recluse, elle acceptera peut-être un jour de l’aide. Cela montre à toutes les femmes victimes que la honte doit changer de camp. »

En 2017, en France, 130 femmes ont étés tuées par leurs compagnons ou ex-compagnons et une femme sur trois est victime de violences sexistes. L’État français montre fermement qu’il a le monopole de la violence mais fait la sourde oreille quand des femmes sont violentées. L’affaire de Toulouse est une nouvelle preuve que la lutte contre les violences sexistes ne passera pas par les institutions d’État. Comment faire confiance en une justice et une police qui reproduisent les mêmes mécanismes d’oppression que l’ensemble de la société ?

Alors que l’État mobilise depuis plus de deux mois tous les effectifs de police pour réprimer violemment des milliers de personnes toutes les semaines dans la rue, sa seule politique vis-à-vis des violences faites aux femmes est celle de les déclarer “Grande cause” du quinquennat. Ironie du sort, Marlène Schiappa, Ministre chargée des Droits des femmes, vient d’être couronnée « révélation politique de l’année », alors que son seul fait d’armes a été de promulguer une loi qui instrumentalise le féminisme à des fins racistes, en stigmatisant essentiellement les quartiers populaires, et de défendre corps et âme la politique du gouvernement. Une politique austéritaire et répressive, qui plonge des milliers de femmes dans la précarité, qui ferme des hôpitaux, qui matraque et mutile depuis plusieurs semaines les femmes et les hommes indistinctement. Un gouvernement au service des plus riches, qui invisibilise la violence sociale, la misère dans laquelle sont plongés les plus précaires, et qui ferme les yeux sur les violences de genre lorsque ça l’arrange.




Mots-clés

Féminicide   /    sexisme   /    Violences faites aux femmes   /    Toulouse   /    Du Pain et des Roses