^

Notre classe

La solidarité s'organise

Toulouse. A l’école de la Maourine, enseignants et parents mobilisés contre l’expulsion de Sinan Yildirim

Frédéric Apoyo Sinan Yildirim est un Kurde de 27 ans, père de Bérat, 3 ans, scolarisé à l'école de la Maourine, dans le quartier Borderouge à Toulouse. Après s'être vu notifié une obligation de quitter le territoire, Sinan est sur le coup d'une expulsion vers Istanbul, alors qu'Erdogan mène une politique sanglante contre les Kurdes.

mardi 14 février 2017

Parents d’élèves et enseignants de l’école maternelle de la Maourine sont actuellement en pleine mobilisation, à Toulouse. Une pétition, qui a recueilli 350 signatures lors d’un goûter organisé à l’école, et une délégation envoyée à la préfecture en pleine vacances, telles sont les actions menées pour éviter à Sinan Yildirm l’expulsion vers la Turquie. Si sa femme, enceinte de 3 mois, et son fils de 3 ans pourront rester en France, ce jeune Kurde de 27 ans, présent à Toulouse depuis 8 ans et actuellement embauché en CDI chez un artisan maçon, est aujourd’hui sous le coup d’une OQTF. « Je ne peux pas aller à Istanbul parce que je suis Kurde et que mon frère a été assassiné en mars 2012 » explique-t-il, avant de dénoncer l’attitude des autorités publiques à son égard. « Ma seule erreur a été de me rendre à la convocation des gendarmes de Plaisance-du-Touch qui me disaient que je n’avais rien à craindre. »

Depuis le 17 janvier, Sinan est actuellement incarcéré au centre de rétention de Cornebarrieu. Pour faire face à l’éclatement de la famille, et au fait que Sinan est bel et bien un exilé politique qui risque la mort s’il est renvoyé à Istanbul, quoiqu’en dise l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) qui lui a refusé l’asile, la voie montré par les enseignants et parents d’éléves solidaires est salvatrice. Exigeons le droit d’asile pour Sinan, sa régularisation et sa libération immédiate.




Mots-clés

expulsion   /    Sans-papiers   /    Notre classe