^

Notre classe

Mobilisations dans l'Education Nationale

Toulouse. Collège Bellefontaine, la lutte continue

Rosa P. et Karel Venuvitch Le Collectif du 22 Mai, créé à la suite des sanctions imposées à six des grévistes du collège Bellefontaine à Toulouse en raison de leur mobilisation en décembre 2014 contre la politique gouvernementale sur l’éducation prioritaire, a appelé à un rassemblement place du Capitole à Toulouse ce samedi 27 juin. Celui-ci avait pour but de populariser le mouvement de soutien afin de le pérenniser et de continuer à mettre la pression sur le rectorat. Classé en 2014 en réseau d’éducation prioritaire (REP+) à titre expérimental, le collège Bellefontaine devait bénéficier de moyens accrus en termes de postes et de fonds. Cependant, le rectorat n'a pas tenu les engagements du ministère, ce qui a conduit les enseignants à se mettre en grève en décembre dernier. En effet, sans ces moyens supplémentaires, il n'est pas possible pour l'équipe pédagogique d’assurer un accompagnement digne de ce nom des élèves, issus pour la plupart de quartiers défavorisés. Si à l'origine le mouvement s'est construit avec le soutien des parents, la hiérarchie a rapidement minorisé et isolé les grévistes, accusant ces derniers de prendre en otage les élèves de 3ème passant le brevet à la fin de l'année. Ces éléments, combinés au climat actuel de répression des mouvements sociaux, ont débouché sur des procédures disciplinaires visant six enseignants grévistes le 22 mai dernier. Les motifs invoqués sont aussi arbitraires qu'intimidants et révèlent la réelle intention de la hiérarchie : celle de bâillonner toute contestation quitte à s'enliser dans le conflit.

lundi 29 juin 2015

Une mobilisation qui se durcit et une première victoire

Plus d’un mois après l’annonce des sanctions, les grévistes maintiennent leurs revendications tout en poursuivant les actions : ainsi, Laure a entamé, il y a six jours déjà, une grève de la faim devant le rectorat, l’amenant à une hospitalisation après un malaise. Cette radicalisation a forcé la main de la rectrice, qui a enfin daigné accorder à Laure une brève entrevue, ce qui faisait partie des revendications. De plus, les sanctions disciplinaires ont été abandonnées, pour ne garder que les mutations dans « l’intérêt général de l’établissement ». Quant aux précaires qui ont participé à la grève, ils devraient finalement obtenir la reconduction de leur contrat pour l’année prochaine. Bien qu’insuffisantes, puisque les mutations des six grévistes sont maintenues, ces premières petites victoires démontrent que le rapport de force est en train de changer de camp, et ce grâce à la lutte qui se poursuit..
La journée du 27 juin au Capitole a rassemblé plus de 70 personnes. De nouvelles actions sont prévues prochainement afin que l’été ne soit pas le coup d’arrêt de la lutte, qui aura besoin de se poursuivre pour obtenir de nouvelles victoires.

Rassemblement devant l’Assemblée nationale mercredi 1er juillet à 15h

Dans l’immédiat, le collectif des personnels en lutte de Bellefontaine, soutenu notamment par Sud-Education dans le 31 et dans le 92, appelle à un rassemblement pour soutenir la délégation des collègues de Bellefontaine, qui viendront protester, Laure incluse, contre la répression du droit de grève et de l’action syndicale, le mercredi 1er juillet à 15h devant l’Assemblée nationale.

Pour toute information, suivre l’actualité de la mobilisation, et apporter votre soutien aux enseignants de Bellefontaine, n’hésitez pas à rejoindre leur page facebook.




Mots-clés

Education   /    Répression   /    Notre classe