^

Notre classe

0 licenciement, 0 baisse de salaire

Toulouse. Des salariés appellent à une rencontre des travailleurs de l’aéronautique le 17 septembre

Depuis la manifestation des Gilets jaunes à Toulouse ce 12 septembre, des travailleurs de l’aéronautique ont appelé à une rencontre des salariés du secteur pour faire face à la crise actuelle. Rendez vous est donc pris à 14h, le 17 septembre prochain à la Bourse du Travail.

dimanche 13 septembre

Ce 12 septembre à Toulouse, la manifestation des Gilets jaunes a été marquée par une très forte répression. Nasses, gaz lacrymogène, matraquages et interpellations n’ont toutefois pas éteint la colère et la détermination des Gilets jaunes.

Dans le cortège, des salariés de l’aéronautique de différentes entreprises étaient présents. Si ces derniers sont pour partie aussi des Gilets jaunes, il faut dire que la crise économique et sanitaire actuelle a fortement impacté le secteur. Ainsi, après des décennies de croissance dans l’industrie aéronautique, les premières difficultés économiques se sont traduites par une politique offensive du patronat contre les travailleurs. Une série d’attaques, sous forme d’Accords de Performance Collective (APC), ou de plus classiques Plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) ont fleuri. Pour les travailleurs de l’aéronautique, c’est soit la porte, soit de drastiques baisses de salaires.

Présent ce 12 septembre, ces travailleurs de l’aéronautique ont lancés un appel à mobilisation et à une première rencontre des salariés du secteur, syndiqués ou non, le 17 septembre prochain, 14h, à la Bourse du Travail.

En juin dernier, les ouvriers de Derichebourg Aéro ont ouvert la voie, menant une lutte exemplaire, la première dans l’aéronautique dans ce contexte de crise. « En tant qu’ancien salarié de Derichebourg, on voudrait tirer des bilans de nos luttes et les partager avec les autres entreprises du secteur » explique ainsi Nathanaël. En effet, le patronat de l’aéronautique, dans la foulée de 68 où le secteur avait joué un rôle moteur, a mené une politique pour éviter toute contestation sociale, à la fois par le recourt à outrance de la sous-traitance et par la destruction méthodique des organisations syndicales les plus combatives. Aujourd’hui, nombre des entreprises de ce secteur n’ont connu aucune grève depuis des années, voire des décennies. Pourtant, ce n’est certainement pas la colère qui manque, mais plutôt une tradition de lutte et de victoires, pour redonner confiance. A ce titre, l’expérience des Derichebourg est un acquis précieux et la volontés affiché de transmettre cette expérience pour préparer la suite apparaît comme une tâche vitale au vu des milliers de licenciements qui s’annoncent avec la crise actuelle.

Une perspective partagé par Arnaud, syndiqué CFDT à AAA, un sous-traitant de l’aéronautique touché par un PSE et où les salariés ont organisés un premier rassemblement ce mardi 8 septembre. « On souhaite que tous les salariés de toutes les sociétés se réveillent, que ce soit des sous-traitants ou Airbus. Il faut qu’on s’unisse dans ce combat qui touche tout le monde », explique t-il, conscient que ce n’est pas boite par boite qu’il sera possible de contrer efficacement une attaque coordonnée par l’ensemble du patronat de l’aéronautique.

« Il y a une crise d’ensemble dans l’aéronautique, donc ça nécessite une réponse d’ensemble. On ne va pas pouvoir se défendre usine par usine tout seul face à notre patron. C’est ça, le message qu’on veut faire passer », explique Gaëtan Gracia, ouvrier CGT aux Ateliers de la Haute-Garonne. C’est donc en ce sens que la première rencontre des ouvriers de l’aéronautique se tiendra le 17 septembre prochain à 14h, à la fin de la manifestation interprofessionnelle nationale. Rendez vous est pris à la Bourse du Travail de Toulouse, 19 place Saint-Sernin.




Mots-clés

Crise sanitaire   /    Crise économique   /    Crise sociale   /    Sous-traitance   /    Derichebourg   /    Airbus   /    Licenciement(s)   /    Aéronautique   /    Toulouse   /    Notre classe