^

Politique

Troisième tour social

Toulouse. Face à Macron et Le Pen, tous dans la rue ce dimanche !

Ce dimanche 17 avril, la coordination Antifasciste Toulouse et alentours organise un rassemblement à Toulouse afin de préparer dès maintenant la riposte contre l’extrême-droite et la politique réactionnaire de Macron. Cet appel s’inscrit dans la suite de plusieurs manifestations comme à Rennes, mais aussi des Assemblées Générales qui ont réuni de nombreux étudiants dans diverses universités depuis le début de la semaine.

dimanche 17 avril

La date de dimanche fait évidemment écho à la suite des résultats de dimanche soir et du remake de 2017 qui en résulte. Avec une abstention massive qui atteint 26 %, ce sont bien Marine Le Pen et le président sortant Emmanuel Macron qui seront au 2nd tour. Le climat de celui-ci sera donc 100 % réactionnaire et bien différent de celui de 2017.

En effet, l’extrême-droite a réuni 30 % entre la candidate du Rassemblement national et la figure ultra-réactionnaire d’Eric Zemmour qui ont tous deux surfé avec leurs idées xénophobes sur la brèche ouverte par les différents gouvernements depuis des décennies et plus particulièrement par le quinquennat Macron. Le « président-candidat » a bien permis une normalisation de l’extrême-droite avec sa gestion répressive des mobilisations sociales comme les Gilets Jaunes ainsi que par les différentes lois réactionnaires ou islamophobes qu’il a mis en place. Il aura beaucoup plus de mal cette année à incarner le « Front Républicain » qui l’a permis de l’emporter en 2017. Comme le montre donc l’appel de dimanche que ce soit Macron ou Le Pen ce n’est pas par les élections donc que nous pouvons compter sur une améliorer de nos situations, mais par une solidarité dans les mobilisations :

« Nous ne sommes pas dupes, cela fait des années que les gouvernements successifs mènent des politiques anti-sociales en réprimant nos luttes (violences policières et judiciaires) et cherchent à diviser en opposant certaines parties de la population. Cette stratégie est un terreau fertile pour les idées d’extrême droite qu’il faut combattre peu importe les étiquettes derrière lesquelles elles se cachent. »

De plus, le rassemblement de dimanche n’est pas un évènement isolé. Quelques heures seulement après l’annonce des finalistes du premier tour, des manifestations spontanées ont eu lieu à Rennes et à Lyon . Réunissant plusieurs centaines de manifestants dans les deux cas, ces manifestations, qui ont été réprimées par la police, révèlent le rejet d’une politique néo-libérale et réactionnaire qui s’incarne dans les deux candidats de différentes manières. Ce rejet s’est aussi fait voir dans la jeunesse où une mobilisation est aussi en train de se construire.

Lundi, des étudiant.es ont commencé à occuper un des bâtiments de l’École Nationale Supérieur Jourdain avec un appel à lancer une mobilisation nationale en occupant les établissements scolaires ainsi que les universités . Mardi, c’est à Rennes qu’une AG a été tenue avec plus de 150 étudiants afin d’organiser une mobilisation face à Macron et Le Pen. Enfin, aujourd’hui une Assemblée Générale, c’est aussi tenu à l’université de la Sorbonne avec un amphi rempli de plus de 500 étudiant.es avec pour mot d’ordre « Ni Le Pen ni Macron ». De même, ce mardi 12, une assemblée générale a réuni plus de 150 personnes à P8 pour exiger l’inscription et la régularisation de tous les étudiants réfugiés quelle que soit leurs origines, contre le tri raciste. Que ce soit dans la rue ou dans les universités, une riposte au lendemain du 1 er tour est donc déjà en train de se former.

Le rassemblement de dimanche à l’appel de la coordination Antifasciste Toulouse et ses alentours s’inscrit donc dans la lignée de ces mobilisations. Cette coordination qui vient d’être créée et « qui regroupe divers mouvements, collectifs et syndicats » appellent toutes les autres organisations syndicales ou non, collectifs ou associations à se joindre au rassemblement pour préparer au-delà du rassemblement de dimanche une riposte à l’échelle de Toulouse.

Alors que ces différentes mobilisations montrent le chemin à suivre, il faut dès maintenant préparer le troisième tour social à travers la rue, nos lieux d’étude et de travail face au futur quinquennat qui sera fait d’attaques envers notre camp social, que ce soit Macron ou Le Pen. Il est nécessaire de créer un bloc de résistance par le bas pour se défendre, mais aussi contre-attaquer dans les prochaines mobilisations sociales qui s’annoncent explosives.



Mots-clés

Présidentielles 2022   /    Marine Le Pen   /    Emmanuel Macron   /    Toulouse   /    Politique