^

Notre classe

Toulouse. Grève et action coup de poing du personnel des blocs opératoires du CHU

Dans la continuité du mouvement de grève initié le 25 janvier, une cinquantaine de personnels soignants des blocs opératoires du CHU de Toulouse ont pris de court la direction en infiltrant leurs locaux ce matin, situés à l’Hôtel Dieu. Ils souhaitent être reçus par la direction pour porter leurs revendications et faire passer un message de détermination !

mardi 2 février

À l’appel de la CGT CHU Toulouse et du collectif InterBlocs, une cinquantaine de personnels soignants des blocs opératoires ont infiltré les locaux de la direction du CHU Toulouse, situé à l’Hôtel Dieu. L’ensemble des travailleurs de différents services ont convergé dans les locaux de la direction du CHU pour rencontrer le directeur et faire entendre leurs voix, afin de porter haut et fort leurs revendications.

Venant de différents blocs (Purpan, Rangueuil et Larrey), infirmiers et aides-soignants ont le même message : ils veulent une revalorisation salariale et une vraie reconnaissance du métier ! En effet, dans leurs revendications, les IBODE (infirmiers blocs opératoires) réclament notamment le versement de la nouvelle bonification indiciaire (prime versée aux techniciens spécialisés) qu’ils n’ont jamais eu, ainsi qu’une vraie formation reconnue par l’Etat pour les nouveaux arrivants.

Les grévistes sont restés sur place tout l’après-midi, attendant d’être reçus par le directeur général, qui a refusé de les accueillir ce lundi en leur proposant un rendez-vous ce mercredi. À la revendication d’une bonification de leur salaire, la directrice du site de Purpan Muriel Legendre et le coordonnateur général des soins du CHU de Toulouse André Weider ont répondu que cela ne relevait pas de leurs compétences. Une nouvelle fois, le mépris de la direction se fait ressentir en ne voulant pas écouter les travailleurs et en dénigrant toutes les revendications.

Cela fait maintenant près de trois semaines que les blocs opératoires toulousains sont en lutte. Le 11 janvier déjà, le bloc pédiatrique était en grève et un mouvement de grève a été initié le 25 janvier au sein des blocs opératoires.

Le mot d’ordre est lancé : ils ne lâcheront rien, pour leurs droits, pour un meilleur système de santé et plus de moyens !




Mots-clés

Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Casse de l’hôpital   /    Notre classe   /    Politique