×

Grève féministe

Toulouse. Le 6, le 7 et 8 mars, manifeste avec Du Pain et Des Roses pour une grève féministe et reconductible !

La journée internationale de lutte pour les droits des femmes a lieu au lendemain d'une journée de grève qui s'annonce massive. Avec Du Pain et Des Roses, nous manifesterons le 6, le 7, et le 8 mars dans une manifestation unitaire inédite, pour défendre la perspective d'une grève féministe et reconductible, à même de faire plier Macron sur la réforme et sur tout le reste.

Rozenn Kevel

6 mars 2023

Facebook Twitter
Toulouse. Le 6, le 7 et 8 mars, manifeste avec Du Pain et Des Roses pour une grève féministe et reconductible !

Cette année, le 8 mars s’inscrit dans un mouvement inédit de grève contre la réforme des retraites. En présentant sa réforme comme « protectrice » pour les femmes, le gouvernement n’a fait qu’attiser la colère et s’est même vu obligé de revenir sur ses mensonges. Cette réforme des retraites est une machine à amplifier l’oppression et les femmes, les personnes LGBTI, les travailleur.euses immigré.es seront touchées de plein fouet par cette attaque de la macronie. Bien loin de réparer les inégalités du système de retraite déjà en place - celui où les femmes touchent en moyenne des retraites 40 % plus faibles que celles des hommes, celui où les personnes opprimées devraient accepter de partir avec moins que des miettes après une vie d’exploitation dans les secteurs les plus pénibles - cette réforme ne ferait que renforcer l’oppression patriarcale et raciste dans le cadre d’un système profondément inégalitaire.

Pour faire reculer Macron et sa réforme anti-sociale, patriarcale et raciste, la grève du 7 mars qui s’annonce déjà massivement suivie ne doit pas rester sans lendemain. Le 8 mars, journée internationale de lutte pour le droit des femmes doit être un point d’appui pour reconduire le mouvement en élargissant les revendications afin de mobiliser les secteurs de la société les plus précaires, bien souvent féminisés et racisés, pour qui la retraite à 67 ans est déjà une réalité.

Dans plusieurs secteurs, comme la SNCF ou l’éducation à Toulouse, les fédérations syndicales appellent d’ores et déjà à reconduire le mouvement le 8 mars. De leur côté, les organisations féministes et certains syndicats appellent au niveau national à faire du 8 mars une journée de grève féministe, contre la réforme, pour des augmentations de salaires et pour les droits des femmes.

À Toulouse, l’inter-organisation féministe et l’intersyndicale locale appellent à une manifestation unitaire inédite, autour du mot d’ordre de la grève féministe pour nos retraites, nos salaires, contre les violences patriarcales et pour le droit à disposer de son corps. 

Néanmoins, l’intersyndicale nationale contre les retraites continue de s’en tenir à appeler au 7 mars comme une journée de grève isolée pour le strict retrait de la réforme et, artificiellement détachée du 8 mars, qui ne devrait être qu’une simple « journée de mobilisation » symbolique. « Le 8 mars sera également une journée de mobilisation, mais sans lien avec la veille » déclarait ainsi Marylise Léon secrétaire-adjointe de la CFDT, le 16 février sur RMC. Ainsi, la reconduction du mouvement le 8 mars n’est pas encore acquise.

Dans ces coordonnées, les appels qui vont dans le sens d’un durcissement effectif du mouvement doivent servir de point d’appui pour amplifier le rapport de force dès le 6 mars, a l’occasion d’une première manifestation féministe de nuit : sur les piquets, dans les AG et les manifestations, la séquence du 6, du 7 et du 8 mars est l’occasion, depuis les différents secteurs en grève et depuis la jeunesse, d’interpeller les directions syndicales nationales pour organiser une véritable grève reconductible et dépasser le simple mot d’ordre du retrait de la réforme.

Avec Du Pain et Des Roses, nous défendons la perspective d’une grève reconductible et politique, a même de faire reculer Macron sur toute la ligne. Nous revendiquons une retraite à 60 ans et 55 ans pour les métiers pénibles sans condition d’annuités, mais aussi une augmentation générale des salaires de 400€. Alors que le coût de la vie augmente quand nos revenus eux restent insuffisants, il faut exiger l’indexation des salaires et des pensions sur l’inflation ainsi que l’égalité salariale entre toutes et tous et la fin des contrats précaires grâce au partage du temps de travail sans baisse de salaire. Pour un accès réel à l’éducation, notamment sexuelle et affective, et à la santé, pour un droit effectif à l’IVG, des soins dignes et gratuits, des moyens massifs doivent être investis dans les services publics pour embaucher du personnel et les former.

Dans ce sens, les militant.es féministes et antiracistes ont un rôle important à jouer sur le terrain de la construction de la grève. Comme nous l’appelons de nos vœux avec nos camarades travailleuses du rail, de l’éducation, de l’aéro-spatial, étudiante et lycéenne, cette année plus que jamais, toutes celles et ceux qui militent au quotidien contre un système patriarcal et raciste doivent joindre leurs forces à celles des grévistes en allant chercher les secteurs les plus précaires pour le retrait de la réforme, mais aussi pour en finir avec Macron et son monde d’injustice et d’oppression.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Du Pain Et Des Roses (@du_pain_et_des_roses)

Partout construisons la grève et les assemblées générales pour la grève reconductible !

Ce lundi 6 mars, viens préparer des pancartes avec nous devant l’accueil du Mirail à partir de 12h et manifeste le soir à la manifestation féministe en mixité choisie au départ de la Place Belfort à 18H30.

Le 7 mars, organisons-nous dans nos assemblées générales à la SNCF, dans l’éducation, dans la jeunesse. L’AG inter-éducation aura lieu au Mirail à midi et l’assemblée générales des étudiants à 12H40 devant l’accueil de la fac du Mirail.

Soyons nombreux.ses à manifester à 15h à Saint-Cyprien !

Le soir, un moment important de coordination aura lieu à l’occasion de l’AG interprofessionnel. Elle se tiendra à 18h dans les locaux des cheminots, rue René Tastayres, et sera suivie d’un moment festif.

Le 8 mars, une garderie est proposée au sein de la médiathèque José Cabanis, lieu d’arrivée de la manifestation, pour permettre aux mères de se mobiliser.

Enfin, rejoins le collectif Du Pain et Des Roses et manifeste avec nous pour un féministe lutte de classe, anticapitaliste et révolutionnaire à 14h, départ à Saint-Cyprien !


Facebook Twitter
Education sexuelle à l'école : le nouveau terrain de jeu de l'extrême-droite

Education sexuelle à l’école : le nouveau terrain de jeu de l’extrême-droite


Bordeaux Montaigne : la mobilisation proche de la victoire sur la gestion des VSS après 7 mois ?

Bordeaux Montaigne : la mobilisation proche de la victoire sur la gestion des VSS après 7 mois ?

Acharnement : l'État porte plainte contre une lycéenne qui avait dénoncé une agression islamophobe

Acharnement : l’État porte plainte contre une lycéenne qui avait dénoncé une agression islamophobe

MeToo Hôpital. Des travailleuses de la santé dénoncent les violences sexistes et sexuelles au travail

MeToo Hôpital. Des travailleuses de la santé dénoncent les violences sexistes et sexuelles au travail

Tribune. Les soutiens d'un État génocidaire n'ont pas leur place dans nos luttes féministes !

Tribune. Les soutiens d’un État génocidaire n’ont pas leur place dans nos luttes féministes !

Affection de longue durée : l'offensive du gouvernement menace les personnes trans et séropositives

Affection de longue durée : l’offensive du gouvernement menace les personnes trans et séropositives

Une victime de VSS et le syndicaliste qui la défend réprimés par la SNCF : 200 personnes réunies en soutien

Une victime de VSS et le syndicaliste qui la défend réprimés par la SNCF : 200 personnes réunies en soutien

8 mars : après une mobilisation réussie, quel plan de bataille pour les droits des femmes ?

8 mars : après une mobilisation réussie, quel plan de bataille pour les droits des femmes ?