^

Notre classe

Santé

Toulouse. Le secteur social et médico-social cherche à durcir le mouvement !

Ce lundi 15 mars, les secteurs du social et médico-social se sont mobilisés devant le Conseil départemental à l’occasion de l’anniversaire de la convention 66 et pour réclamer plus de moyens !

mercredi 17 mars

Le lundi 15 mars, à Toulouse, avait lieu un rassemblement du secteur social, médico-social et de l’ensemble des salariés du privé comme du public se reconnaissants du travail social, médico-social sanitaire et de l’animation à l’occasion de l’anniversaire de la convention 66 (convention qui reconnaît le travail des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées) et par la même occasion réclamer plus de moyens pour toutes et tous.

Les revendications sont claires et demandent aujourd’hui :
• les 183 euros mensuels suite à la revalorisation des salaires du Ségur de la Santé, et un rattrapage du pouvoir d’achat de 400 € euros net/mois ;
• des embauches à la hauteur des besoins ;
• l’ouverture de lits et de places supplémentaires nécessaires par rapport au besoin ;
• de meilleures conditions de travail et de conditions d’accueil pour les patients.

Pour Annie, déléguée syndicale SUD Santé Social, le constat est affligeant aujourd’hui : "nos métiers sont essentiels mais nous sommes les invisibles qui accompagnons les plus invisibles encore ! Comment accompagner ces personnes fragilisées avec moins de moyens, des attaques importantes qui entraînent une perte de sens de nos missions et un manque de considération ?!"

Les secteurs de la Santé sont effectivement amenés à être privatisés suite aux différentes offensives et réformes du gouvernement. Aujourd’hui les secteurs du social et médico-social appellent à se mobiliser massivement afin de stopper cette “marchandisation” et montrer leur colère.

Les secteurs sont déjà mobilisés depuis le 3 décembre 2020 avec plus de 50 initiatives départementales et cela ne fait que commencer. Une grève reconductible est prévue les 7,8 et 9 avril prochain et de nombreuses AG sont prévues dans le secteur social, médico-social, sanitaire et de l’animation.

“Nous devons arrêter de travailler, fermer nos services, durcir le ton pour enfin être entendus, renchérit Annie. Nous pouvons travailler autrement pour mieux accompagner notre public, ne lâchons rien !”




Mots-clés

Casse sociale   /    Santé   /    Grève   /    Toulouse   /    Notre classe