^

Jeunesse

Toulouse. Les étudiant.e.s mobilisé.e.s lancent une campagne pour la caisse de grève pour cette semaine décisive.

mardi 7 janvier

Mobilisé.e.s tout le long du mois de décembre contre la précarité et la réforme des retraites, les étudiant.e.s des facs du Mirail et de Sciences Po lancent une campagne de soutien aux caisses de grèves des cheminot.e.s et des enseignant.e.s pour soutenir et construire la grève avec les travailleur.ses. Une facon de ne pas s’adapter à la passivité qu’occasionneront les partiels et de continuer la bataille auprès des grévistes, sous le mot d’ordre "1 étudiant, 1 euro". C’est une semaine décisive durant laquelle les étudiant.e.s mobilisé.e.s comptent bien être présent.e.s.

Plus qu’une grève contre la réforme des retraites, c’est une grève contre tout le plan économique de Macron qui est menée actuellement dans tout le pays. En dépit des tentatives du gouvernement de briser le mouvement de grève à l’occasion des fêtes, il n’y aura finalement pas eu de trêve : les grévistes tiennent bon et continuent de bénéficier d’un important soutien de la population (55% des sondé-es opposé-es au projet de réforme des retraites, 44% expriment soutien ou sympathie pour le mouvement de grève contre 37% à y être opposé-es ou hostile selon le dernier sondage du JDD).

À Toulouse, une frange importante des cheminot-es et des profs sont toujours en grève reconductible et cherchent à amplifier le mouvement.

Même si les AG étudiantes n’auront pas obtenu le report des partiels dans les facs toulousaines pour janvier (bien que le Mirail avait quant à lui obtenu que ceux ci n’aient pas lieu en décembre), la détermination pour jouer un rôle dans la période actuelle est toujours très présente. Une commission convergence avait déjà été lancé par les étudiant.e.s du Mirail afin de se lier à la grève des enseignants et de l’Assemblée Générale de l’éducation, et avait réussi au long des manifestations à récolter quasiment 1000 euros pour les grévistes.

Conscient.e.s que la caisse de grève n’est autre que le nerf de la guerre et que de nombreux secteurs continuent à mener une bataille sans précédent contre le gouvernement, notamment à Paris auprès des travailleur.eu.ses. de la RATP et de la SNCF et à Toulouse auprès des enseignants et des cheminots, les étudiant.e.s ont décidé au sein du Comité de Mobilisation de ce lundi de l’Assemblée Générale du Mirail de lancer cette campagne. C’est aussi le cas des étudiants de Sciences Po Toulouse organisé.e.s en AG et en comité de mobilisation, la contribution à la grève ainsi que l’organisation de différentes actions en vues des journées appelées par l’intersyndicale le 9, le 10 et le 11 sont des moyens pour les étudiants de jouer un rôle important auprès des grévistes.

En ce sens, les étudiant.e.s mobilisé.e.s seront présent.e.s pendant les partiels et la manifestation du 9 janvier pour mener une campagne 1 étudiant 1 euro qui malgré la précarité qui nous concerne peut nous permettre d’essayer de jouer un rôle auprés des grévistes. Tout les étudiant.e.s conscient.e.s du fait que la grève n’est autre que le moteur pour lutter contre la réforme des retraites et l’ensemble de leurs demandes, comme celui d’un revenu étudiant visant à hauteur du SMIC voté dans les différentes AG devraient participer à cette campagne afin de soutenir le rapport de force contre le gouvernement, appuyer les grévistes en lutte depuis décembre et démontrer leur détermination à lutter auprès de ces derniers.

La page des étudiant.e.s en lutte




Mots-clés

Caisse de grève   /    Mouvement des retraites 2019-2020   /    Toulouse   /    Jeunesse