^

Jeunesse

Construire le 5 décembre sur les facs

Toulouse. Les étudiants du Mirail appellent au 5 décembre

L’immolation d’Anas, étudiant de Lyon qui vivait dans une extrême précarité, a provoqué une vive réaction au sein de la jeunesse. Depuis plusieurs Assemblées générales et rassemblements ont été organisés dans de nombreuses villes. Alors que le gouvernement s’effraie du réveil du mouvement étudiant et d’une jonction avec la mobilisation du 5 décembre, les 500 étudiants réunis ce jeudi dernier en Assemblée Générale du Mirail ont appelé à rejoindre cette journée de grève.

lundi 18 novembre

Après l’immolation tragique d’Anas qui a tenté de mettre fin à ses jours devant un bâtiment du CROUS en dénonçant sa situation d’extrême précarité, les étudiants de nombreuses villes ont commencé à s’organiser et à se mobiliser. Des rassemblements ont eu lieu mardi, réunissant plusieurs centaines d’étudiants. Certains blocus d’université ont été mis en place, à Lille et à Lyon notamment. Et dans de nombreuses universités, des assemblées générales s’organisent. Jeudi dernier, l’Assemblée Générale du Mirail a réuni plus de 500 étudiants. Dans cette assemblée générale, de nombreux étudiants ont témoigné de leurs conditions de vie précaires, entre problèmes de bourses, obligation de devoir travailler à côté de leurs études, difficultés à finir les mois, la nécessité de sauter des repas, ou de se priver de d’aller chez le médecin etc.. Autant de témoignages qui mettent une nouvelle fois à nu le caractère structurel de la précarité qui frappe les étudiants. Montrant que ce que vivait Anas, qui l’a poussé à tenter de mettre fin à ses jours, n’est pas un cas isolé, mais touche un large pan de la jeunesse. Face à cette situation et au profond malaise qu’elle provoque, lors de l’Assemblée générale du Mirail, les étudiants ont commencé à réfléchir à la réponse, collective, à donner pour mettre un frein à tout ça. Un comité de mobilisation a été impulsé dés le lendemain, ouvert à tous les étudiants, pour préparer et organiser les actions et rassemblements qui ont été voté. Notamment le rassemblement devant le Crous qui est organisé ce mardi soir, à 18 heures.

Plusieurs Gilets jaunes étaient également présents lors de l’AG, dont une mère d’étudiant précaire, appelant à les rejoindre pour l’anniversaire du mouvement qui a eu lieu ce samedi dernier, eux qui s’organisent contre la précarisation de leurs conditions de vie, de travail, depuis maintenant plus d’un an. Ainsi, un appel à la constitution d’un cortège jeune lors de l’acte 53 a été voté. S’il n’a dans les faits pas eu de réalité, du fait également de la répression très rapide qu’a opéré les flics, éclatant rapidement le cortège constitué, plusieurs étudiants du Mirail étaient présents ce samedi. Autant de faits qui témoignent de cette volonté de jonction qui émerge, entre deux secteurs qui subissent tous deux des attaques et une précarisation croissante de leurs conditions de vie.

Car en effet la précarité que dénoncent aujourd’hui les étudiants dépasse largement les seuls murs de l’université et des cités U. Contre le mythe visant à banaliser la précarité étudiante, avec l’idée que celle-ci représenterait une sorte de un rite initiatique à la vie adulte, qui vaut le coup car à la clef l’université offre des diplômes et des débouchés d’emplois décents, la réalité est toute autre. Aujourd’hui, même après 3 ou 5 ans d’études, on reste pour la grande majorité à la sortie de nos études confronté au chômage, à des boulots précaires, pour au final toucher une retraite qui ne nous permette même pas de vivre la fin de nos jours dignement, et ce après plus de 40 ans d’exploitation et de souffrance au travail. D’autant plus avec la réforme des retraites que le gouvernement tente de nous imposer. Ce sont précisément pour toutes ces raisons que la jeunesse doit se lier avec les travailleurs pour lutter pour de meilleures conditions de vie, et notamment dans la prochaine bataille qui va s’ouvrir le 5 décembre autour de la réforme des retraites.

C’est dans tout ce contexte, avec l’horizon du 5 décembre, qui s’annonce massivement suivi et qui pose les bases et les potentialités d’un mouvement dur et d’un tous ensemble pour battre en brèche la réforme des retraites mais aussi passer à l’offensive plus généralement contre les politiques antisociales de Macron et le système actuel qui ne nous promet aucune perspectives d’avenir, que les 500 étudiants réunis en Assemblée générale ce jeudi ont appelé à rejoindre cette première journée de grève interprofessionnelle. Un appel à rejoindre le 5 décembre, mais aussi à construire cette date sur la fac, avec l’objectif d’entrainer plus d’étudiants que ceux qui étaient présents à l’AG.

Cet appel témoigne d’une volonté réelle de convergences et de jonction avec le monde du travail au sein d’une partie de la jeunesse. Il montre la voie et le défi des prochaines semaines pour la jeunesse étudiante : construire la date du 5 décembre et la convergence sur les facs. Pour ce faire, la jeunesse doit aussi être capable de construire une force matérielle qui se joindra à cette bataille, en massifiant les éléments de proto mobilisations qui commencent à émerger. Il est en ce sens nécessaire de continuer à développer les assemblées générales, ainsi que des revendications en propre, comme celle d’une augmentation des bourses étudiantes, qui ne permettent plus aujourd’hui de vivre.

Au Mirail, la prochaine assemblée générale se tiendra ce jeudi midi, à midi 30. Il est important qu’on s’y retrouve nombreuses et nombreux !

Au plus fort du soulèvement des Gilets jaunes l’hiver dernier, les étudiants sont restés relativement passifs et ne se sont pas massivement mobilisés à leurs côtés. Mais aujourd’hui la situation est différente. En effet la mise en lumière de la généralisation de la précarité, le malaise qui s’exprime aujourd’hui dans la jeunesse, parallèlement aux éléments de radicalité qui s’exprime dans certains secteurs du mouvement ouvrier, pose les bases pour une convergence, tant redoutée par les classes dominantes, et pour l’émergence d’une mobilisation radicale et forte.




Mots-clés

5 décembre   /    Mirail   /    Grève   /    Toulouse   /    Université   /    Jeunesse