^

Notre classe

Rassemblement

Toulouse. Les personnels soignants, et un millier de soutiens, rassemblés pour exiger plus de moyens

Ce 11 mai, premier jour du déconfinement, les personnels soignants du CHU du Toulouse ont organisés 4 rassemblements pour exiger plus de moyens pour l'hôpital public. Une échéance réussie qui a rassemblés près d'un millier de soutiens, tout en respectant les gestes barrière.

mardi 12 mai

Le rassemblement devant le site de Purpan ce 11 mai / Crédits : Révolution Permanente Toulouse

Ce lundi 11 mai, les personnels soignants du CHU de Toulouse était appelé à la grève par les syndicats CGT et Sud. Quatre points de rassemblement simultanés, sur les sites Purpan, Rangueil, La Grave, l’IUCT et Fontaine Salée à 14h, était à l’ordre du jour. Comme nous l’expliquions dans notre article d’appel à cette journée de mobilisation, les personnels soignants exigent « des revendications à la fois locale, sur la gestion des masques et l’utilisation de locaux inoccupés pour les sans domiciles fixes, mais aussi sur le plan national avec la revalorisation des salaires, des embauches et la réouverture des lits principalement fermés à cause du développement de l’ambulatoire, jugé plus rentable ».

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’appel à la solidarité des personnels soignants a été entendu ! Des Gilets jaunes aux organisations politiques, associatives et syndicales en passant par les soutiens individuels, se sont au total près d’un millier de personne qui ont rejoint ces rassemblements, selon la CGT ! Le gros des troupes était présent devant le CHU de Purpan, rassemblés dans une ambiance chaleureuse et combative tout en respectant le port du masque et les gestes barrières.

« Aujourd’hui, on est en grève. Et ce qui fait le plus plaisir c’est de voir que les hospitaliers sont là mais également les gens » explique Magalie, délégué CGT du CHU de La Grave. « Ce qu’on attend pour la suite, c’est l’arrêt des privatisations, de continuer dans l’hôpital public et que tout le monde soit avec nous dans la rue pour pouvoir s’en sortir », poursuit-elle, démontrant que c’est bien par la mobilisation collective et sur le terrain de la lutte qu’il sera possible d’arracher des victoires.

Plus largement, Magalie est également revenue sur la question de l’unité par delà les corporations de travail, prenant l’exemple des travailleurs de l’aéronautique dont une partie de la production est resté en activité pendant le confinement. « Ce qui est important, c’est qu’on soit tous lié. Tous ensemble dans la rue, tout les usagers, tout les citoyens et toute les entreprises confondues » conclut-elle. Un discours combatif, qui témoigne de la colère qui s’exprime dans ce secteur qui a été largement attaqué par les contre-réformes néo-libérales ces dernières années, et qui est aujourd’hui à la pointe du combat contre l’épidémie.

Le discours est tout aussi combatif du côté de Julie, infirmière à Purpan et représantante régionale du collectif Inter-Urgences. « Le problème c’est pas le déconfinement, c’est les moyens que donne le gouvernement pour que la population puisse se protéger. Y’a des manque de masques déjà dans les hôpitaux, donc pour la population c’est encore plus compliqué, et y’a aussi la qualité de ce qui est donné, qui est pas la mesure des risques » explique t-elle.

« Au CHU de Toulouse, on a découvert cette semaine que la quasi-majorité des masques fournit sont à usage non-médical. C’est marqué sur la boite ! » dénonce t-elle. Une situation qui témoigne du manque de moyen dans les hôpitaux pour lutter contre le Coronavirus

Les rassemblements de ce 11 mai devant les différents sites du CHU de Toulouse ont été une vrai réussite. Loin d’avoir éteint la colère des soignants, la période du confinement a au contraire exacerbé les tensions à l’hôpital, dévoilant au grand jours que les mobilisations des personnels soignants de ces dernières années étaient plus que légitime. La solidarité qui s’est exprimé, dans le respect des mesures sanitaires, est aussi un point d’appui pour la suite. En effet, alors que les braises de contestations sociales sont toujours chaude, cette convergence objective est un pas en avant dans la construction d’un rapport de force conséquent face à Macron et son gouvernement.




Mots-clés

Coronavirus   /    Casse de l’hôpital   /    Santé   /    secteur santé   /    Grève   /    Toulouse   /    Notre classe