^

Genres et Sexualités

Contre le capitalisme et le patriarcat

Toulouse. Pour le 8 mars, un cortège féministe révolutionnaire « Du Pain et des Roses »

Ce vendredi, à Toulouse comme dans le monde entier, aura lieu un rassemblement à l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Le collectif féministe international Du Pain et Des Roses y tiendra son premier cortège, contre l’alliance criminelle du capitalisme et du patriarcat.

mercredi 6 mars

Le 8 mars, une histoire de lutte à se réapproprier !

En général, quand les médias évoquent le 8 mars, ils le présentent comme quelque chose de consensuel et d’apolitique. Au mieux, c’est une journée qui sert à rappeler les inégalités de genre, au pire elle se contente de « célébrer » la gente féminine.

Ce qu’ils ne disent pas et qu’on oublie trop souvent, c’est que le 8 mars trouve son origine dans une action organisée par des femmes ouvrières du textile à New-York, le 8 mars 1857, pour dénoncer les journées de travail exténuantes de 12h et leurs salaires de misère. Cette action, sévèrement réprimée par la police, a été suivie de plusieurs autres manifestations et grèves de femmes qui réclamaient de meilleures conditions de travail et de vie.

C’est en l’honneur de ces luttes que Clara Zetkin, femme socialiste allemande, a proposé en 1910 d’établir en mars la Journée internationale des femmes. Le 8 mars 1917, les ouvrières du textile de Petrograd, en prenant la rue, marquaient le début de la plus grande révolution du 20è siècle et faisaient à jamais de cette journée la journée internationale pour les droits des femmes.

Bizarrement, ce n’est pas trop ce 8 mars là que célèbrent les grandes institutions bourgeoises. Mais c’est ce 8 mars là que nous voulons revendiquer dans les rues. Le 8 mars des luttes féministes et prolétaires, le 8 mars des femmes qui prennent la rue et marchent pour lutter à la fois contre le capitalisme et le patriarcat.

Du Pain et Des Roses, un collectif féministe international et révolutionnaire

Pan y Rosas en espagnol, Brot und Rosen en allemand, El Pane e le Rose en italien, Bread and Roses en anglais, Du Pain et des Roses en français. Autant de noms pour un collectif féministe fondé au début des années 2000 en Argentine et qui a participé récemment aux mouvements contre les violences faites aux femmes (Ni Una Menos) et à la lutte pour le droit à l’avortement. Ce collectif existe aujourd’hui dans plus d’une dizaine de pays.

Le 15 février dernier, Andrea d’Atri, fondatrice de Pan y Rosas et auteure du livre éponyme, donnait une conférence à Toulouse sur l’actualité des luttes de femmes dans le monde, dans le cadre d’une tournée en Europe et de la publication en français et en allemand de son ouvrage. Cet événement avait réuni près de 200 personnes, venues débattre de l’imbrication profonde entre capitalisme et patriarcat.

Du Pain et des Roses est avant-tout un collectif militant, qui se propose d’intervenir dans la lutte des femmes et dans la lutte des classes, en liant le combat contre le patriarcat à lutte contre le capitalisme. « Nous voulons lutter pour une société qui en finisse véritablement avec toutes les chaînes qui oppriment et exploitent la majorité de l’humanité » concluait Andrea d’Atri. « Et c’est pour cela que nous luttons non seulement pour le pain, mais aussi pour les roses. »

Et c’est cette voix-là, de la lutte contre un système qui nous exploite et nous opprime, que nous voulons porter à Toulouse le 8 mars, dans le cortège Du Pain et des Roses, que nous vous invitons à rejoindre à 14h vendredi, place du Capitole.

Retrouvez l’évènement du rassemblement du 8 mars à Toulouse ici Et celui du cortège Du Pain et des Roses ici




Mots-clés

8 Mars   /    Féminisme    /    Histoires de femmes   /    Du Pain et des Roses   /    Droits des femmes   /    Toulouse   /    Genres et Sexualités