^

Notre classe

Rassemblement

Tous devant la mairie de Bordeaux mercredi contre l’expulsion de l’Éclaircie et de La vie est belle !

La Mairie de Bordeaux entend expulser les habitants des squats de l'Eclaircie et de la Vie est Belle à Gradignan dont elle est propriétaire du terrain et a pour cela demandé le concours des forces de l'ordre qui interviendront d'ici au 10 juillet. Rassemblons-nous massivement ce mercredi 30 juin à 17h devant la mairie de Bordeaux contre l'expulsion et pour exiger la régularisation des habitants !

lundi 28 juin

L’Éclaircie et la Vie est belle sont deux squats situés dans la commune de Gradignan, dans lesquels vivent plus de 130 personnes, majoritairement issus de l’immigration. Ces deux squats vont être expulsés au plus tard le 10 juillet par les forces de l’ordre. La mairie de Bordeaux, propriétaire du terrain sur lequel se trouve les squats, le cède à Gradignan dans le but de construire une Zone d’Aménagement Concerté (ZAC centre-ville Gradignan) avec appartement de luxe et centres commerciaux qui englobera les quelques sept hectares de parc. La mairie EELV fait d’ailleurs une croix sur l’écologie puisque cet espace vert va être recouvert de béton et plusieurs arbres multi centenaires seront abattus pour construire la ZAC !

La mairie de Pierre Hurmic, qui a pourtant affiché une solidarité de façade avec la cause des migrants en adhérant à plusieurs associations telles que SOS Méditerranée, poursuit donc la série d’expulsions des seuls refuges dont disposent ces personnes en situation de grave précarité.

Après les squats LX Perchatte et La Zone Libre, c’est donc au tour de l’Éclaircie et de la Vie est Belle d’être délogés avec des solutions de relogement plus que précaires et illusoires dans la mesure où beaucoup d’habitants sont de toute façon en situation d’Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF). Ces personnes qui ont vécu l’enfer de la traversée, par terre ou par la mer, pour arriver jusqu’ici sont sous la menace d’être renvoyées dans leur pays d’origine, qu’ils ont bien souvent quitté pour échapper à la guerre ou à la misère.

Cette situation est inadmissible et la politique d’expulsion de la mairie est criminelle ! En solidarité avec ce secteur le plus précaire de notre classe, l’ensemble des travailleurs, des organisations syndicales mais aussi de jeunesse doivent porter haut la défense de ces squats, de leurs habitants et imposer les réponses nécessaires pour mettre un termes à la misère et la précarité des migrants en situation irrégulière.

Ce sont une douzaine de familles et plus de soixante hommes seuls qui n’ont aucune proposition de relogement à l’heure actuelle ! Pourtant, des logements restent vides dans toute la métropole bordelaise au profit de la spéculation immobilière alors que de nombreuses familles vont être jetées à la rue ! A l’opposé de l’expulsion, la mairie doit réquisitionner ces logements vacants afin de pouvoir fournir un toit à tous les habitants des squats, mais aussi à l’ensemble des sans-abris de manière générale ! Sans-abris que la crise économique en cours, le chômage grandissant par les plans de licenciement du patronat, est en train de faire grossir les rangs avec des travailleurs privés d’emploi et ne pouvant plus se loger !

Pour autant, sans papiers les migrants sont toujours sous la menace d’un renvoi vers leur pays d’origine. Pour cette raison il est nécessaire de régulariser l’ensemble de ces personnes, pour qu’elles aient un toit pérenne pour leur famille ! Pour un accueil digne il faut donc réquisitionner les logements, régulariser tous les sans papiers mais aussi partager le temps de travail entre toutes les mains disponibles afin d’en finir avec le chômage et que tous puissent vivre correctement.

Si l’accueil doit être digne et les frontières ouvertes, il est nécessaire de juguler une partie de la migration forcée des populations qui doivent fuir des situations dramatiques bien souvent causées par l’intervention militaire française en Afrique et au Moyen-Orient pour protéger les intérêts des grands groupes capitalistes comme Véolia, Total ou encore Bouygues ! L’État Français doit retirer l’ensemble de ses troupes de la région !

Face à cette expulsion et la mise à la rue des habitants, plusieurs organisations ont impulsé un rassemblement, à l’appel de Révolution Permanente, devant la mairie de Bordeaux ce mercredi pour dénoncer la mise à la rue des familles ! Mobilisons-nous nombreux et nombreuses, jeunes, étudiants, travailleurs pour soutenir les habitants de l’Éclaircie et de la Vie est Belle !

Les premiers signataires de l’appel sont Partout chez elles, Solidaires étudiant-e-s Bordeaux, SUD Santé Sociaux CHU Bordeaux, Collectif Marcel Mauss, On est là (Sciences Po Bordeaux), UNEF 33, La France Insoumise, Les Jeunes Insoumis.es, UCL 33, Bordeaux en Luttes, Collages Féministes Bordeaux, ANV COP 21 Gironde, AC Gironde, Les Maraudeurs, Réseau Sans Rien, Faire et Agir, NPA 33, Zac Autrement, Gradignan Rénovation Douce, Extinction Rebellion, Il est encore temps, Collectif Bienvenue, Le Kabako, SOS Racisme, Mémoires et Partages.

Rassemblons-nous nombreux ce mercredi 30 juin à 17h sur la place Pey Berland contre l’expulsion et en soutien aux habitants des squats de l’éclaircie et de la vie est belle !




Mots-clés

Squat   /    expulsion   /    Bordeaux   /    Logement   /    Notre classe