^

Notre classe

Éducation Nationale

Seine-Saint-Denis. Tous en grève ce mardi contre la répression des six de l’école Pasteur !

Ce mardi, mobilisons nous massivement contre la répression de l'institution à l'encontre d'enseignants visés par l'extrême-droite ! Alors qu'un duel Macron / Le Pen se profile, la lutte déterminée contre la répression est un jalon nécessaire pour porter une réponse politique face aux attaques à venir.

lundi 11 avril

Ce mardi 12 avril, les travailleurs et travailleuses de l’Éducation nationale de Seine-Saint-Denis sont appelés à faire grève contre la répression des six enseignants de l’école Pasteur (Saint-Denis) par une intersyndicale du 93 regroupant le SNUipp-FSU 93, le SNES-FSU 93, la CGT Éduc’action 93, Sud Éducation 93 et la CNT Éducation 93, soutenue par l’intersyndicale à échelle nationale.

Pour rappel, six enseignants de l’école Pasteur ont été informés de leur mutation forcée et consulteront cette semaine leur dossier auprès de la direction départementale des services de l’Éducation nationale. Cette répression scandaleuse intervient suite à une enquête menée à charge par l’institution qui relaie en cela une offensive de l’extrême-droite et vise une équipe enseignante engagée.

Une répression politique qui incarne une offensive réactionnaire et néolibérale

Ces mutations sanctions constituent l’aboutissement d’une volonté de l’institution de reprendre un main une école connue pour son engagement pédagogique et militant. Un processus de mise au pas qui touche les équipes militantes du 93, particulièrement ciblées pour leur engagement militant contre les oppressions sexistes et antiracistes, et qui prend ici un caractère brutal et réactionnaire particulièrement révélateur.

C’est en effet à une offensive de l’extrême-droite que cette répression s’articule : une directrice liée à l’extrême-droite a été nommée par l’institution pour imposer des techniques managériales brutales comme le dénonce l’équipe pédagogique de Pasteur et a été à l’origine d’attaques du magazine d’extrême-droite l’Incorrect à l’encontre de l’équipe enseignante, allant jusqu’à révéler les noms et numéros de téléphone des professeurs aujourd’hui réprimés, les désignant par-là comme cibles pour la fachosphère.

En cela, ce cas de répression est révélateur du climat réactionnaire imposé par Blanquer, et le gouvernement Macron en général. Il s’inscrit en effet au cœur de l’offensive idéologique réactionnaire à coup de dénonciations de l’ « islamo-gauchisme » et du « wokisme », qui contribue à justifier aujourd’hui la répression des travailleurs et travailleuses militants. Loin d’un « rempart » à l’extrême-droite, il illustre au contraire combien la politique réactionnaire du gouvernement ouvre non seulement la voie à l’extrême-droite et ses idées nauséabondes, mais s’appuie même sur elle pour mieux réprimer.

Soyons massivement en grève contre la répression et les idées réactionnaires qu’ils cherchent à imposer

Dans un contexte d’élections électorales au résultat réactionnaire, avec un deuxième tour Macron / Le Pen, il est nécessaire de faire bloc face aux attaques à venir et la lutte contre la répression constitue le premier jalon d’un bloc de résistance de notre classe contre les attaques réactionnaires et néolibérales à venir.

Soyons massivement en grève ce mardi 12 avril pour dénoncer cette répression ! Nous appelons à faire front contre cette offensive que subissent les enseignants de l’école Pasteur et contre les menaces de l’institution, qui cherche à imposer dans les écoles l’idéologie réactionnaire portée par l’extrême-droite, soutenue par le gouvernement.
Une riposte politique est nécessaire et elle commence par obtenir la levée de toute sanction !