^

Monde

Élections américaines

« Tous les votes comptent » : Manifestations aux États-Unis en défense des droits démocratiques

Alors que Donald Trump et ses équipes crient à la fraude électorale et ont déposé différents recours judiciaires, plusieurs manifestations ont eu lieu, ce 4 novembre, dans plusieurs grandes villes des États-Unis, pour exiger que toutes les voix soient comptabilisées.

jeudi 5 novembre

Crédits photo : YouTube / La Izquierda Diario

Deux jours après l’Election Day, les États-Unis ne connaissent toujours pas le nom de leur nouveau président. La faute à un scrutin marqué par l’épidémie de Coronavirus, et un recours inhabituellement élevé au fameux vote par correspondance. En effet, environ 100 millions d’américain, sur les 160 millions qui ont participés au scrutin (plus haut taux de participation depuis 120) ont choisis ce mode de scrutin, ce qui a posé quelques problèmes de surcharge pour le décompte des voix dans une série d’États, et en particulier en Pennsylvanie ou le résultat s’avère décisif.

Si Donald Trump avait, en grande pompe, annoncé sa victoire dans la nuit du 3 au 4 novembre, la tendance est bel et bien favorable Joe Biden. Hier, le candidat démocrate a remporté deux « swing states », ces fameux « États clés », en étant déclaré vainqueur au Wisconsin et au Michigan. Ce 5 novembre, Joe Biden, fort de ces 264 grands électeurs déjà gagnés, est au porte de la Maison Blanche.

Un scénario refusé en bloc par Donald Trump, qui depuis cet été a fait du risque de présumés « fraudes » l’un des thèmes centraux de sa campagne. Depuis la nuit des 3-4 novembre, le président sortant et ses équipes multiplient les sorties tonitruantes, exigeant la fin du dépouillement des voix. Hier, trois recours judiciaires ont été déposés concernant les scrutins de Pennsylvanie, du Wisconsin et du Michigan tandis que Trump a annoncé son intention de saisir la cour suprême américaine pour valider sa réélection.

Des manifestations contre le coup de force de Trump

Dans des élections extrêmement serrées, qui soulignent avec force tout le caractère anti-démocratique du système électoral américain, Trump cherche donc à passer en force et à rejouer le match sur le terrain judiciaire, dans une nouvelle version du duel Bush/Gore en 2000. Face à cette attaque contre les droits démocratiques fondamentaux, des milliers de manifestants ont pris la rue pour exiger que chaque vote soit pris en compte.

C’est le cas à New York, ou DSA (Democratic Socialist of America) a appelé à la mobilisation ce 4 novembre derrière une large banderole every vote counts, count every vote (tous les votes comptent, compter tous les votes).

C’est également le cas à Philadelphie, grande ville de la Pennsylvanie actuellement au centre de toute les attentions, ou les syndicats de travailleurs ont manifesté pour exiger la prise en compte de tous les votes. À Chicago aussi, les manifestants ont pris la rue, défilant jusque devant la Trump Tower.

Par ailleurs, des manifestations ont également eu lieu dans de nombreuses autres grandes villes des Etats-Unis.

Polarisation croissante et répression

Ces manifestations ne sont pas les premières, puisque dès la nuit du 4 novembre, de nombreuses manifestations ont spontanément eu lieu un peu partout dans le pays. Et comme dans la nuit du 4, la répression a frappé. C’est le cas à New York, ou une vingtaine de personnes ont été interpellés, à Portland ou bien encore à Minneapolis, où des centaines de personnes ont été arrêtées selon Le Parisien. Une répression forte donc contre celles et ceux qui réclament le respect de leurs droits fondamentaux.

Dans le même temps, des manifestants pro-Trump ont pris également la rue. À Detroit dans le Michigan, les partisans du président sortant se sont rassemblés devant les bureaux de vote pour exiger l’arrêt du comptage. Même image à Phoenix, en Arizona, ou des pro-Trump, dont certains armés selon le Parisien, ont tenté d’entrer de force dans un bureau de vote pour interrompre le décompte.

Un climat de polarisation politique qui va grandissant donc, et qui s’intensifie dans l’attente des derniers résultats du scrutin. En soi, il s’agit là de symptôme d’une crise politique profonde aux États-Unis, alors que ces derniers mois ont été marqués par le mouvement social historique Black Lives Matter, contre les violences policières.




Mots-clés

Elections 2020 aux Etats-Unis   /    Joe Biden   /    Donald Trump   /    Etats-Unis   /    Monde