×

Grève

« Tout augmente, on peut pas finir le mois » : grève massive et piquets à la RATP

La journée de grève à la RATP est très suivie, notamment dans le réseau de surface (bus et tramway) avec plus de 70 % de travailleurs en grève. Ce matin des piquets de grève se sont montés dans plusieurs dépôts de bus : en ligne de mire la lutte contre la privatisation, la casse des conditions de travail et pour une augmentation de salaires.

Philomène Rozan

25 mars 2022

Facebook Twitter

La journée de grève à la RATP est largement suivie, avec plus de 70% de travailleurs en grève sur l’ensemble du réseau de surface. Le soleil n’était pas encore levé que les piquets se montaient devant les dépôts ou que les collègues se retrouvaient à l’intérieur, au milieu de bus qui ne sortiront pas de la journée.

La colère est présente et palpable, sur toutes les lèvres une chose revient : il faut augmenter les salaires. Cyril machiniste à Belliard rappelle que la direction de le RATP aux Négociations Annuelles Obligatoires n’offre en tout et pour tout qu’une augmentation de 7 euros brut, il répond avec colère : « c’est même pas le prix d’une pizza. La PDG de la RATP elle a augmenté son salaire de 50 000 euros, nous ça fait dix ans que nos salaires sont gelés ».

La question des salaires revient d’autant plus que l’inflation touche de plein fouet les ménages les plus modestes. Faouzi lui aussi sur le dépôt de Belliard s’inquiète : « les collègues habitent en moyenne à 40 kilomètres de Paris, c’est invivable avec l’augmentation des prix ». Il trouve un écho sur le dépôt de Lagny où Vincent, machiniste en grève explique auprès de Révolution Permanente : « On est passé de 1,77 au litre pour le gazoil à 2,17 en une semaine. Et les salaires eux ne bougent pas ! Quand on rentre à la RATP on gagne 1 600 euros net par mois avec les primes. Mais avec ça c’est impossible de vivre à Paris, donc il faut s’éloigner et c’est là où les pleins à 3 chiffres ne passent pas. »

À la question des salaires vient s’agréger celle des conditions de travail. Avec la privatisation en cours, la direction de la RATP entend augmenter le temps de travail de trente minutes par jour, scinder les services en deux temps le samedi et supprimer six jours de repos par an. Face à cette situation une voix s’élève dans l’assemblée générale tenue devant un des dépôts : « il y a une urgence et la lutte pour y répondre elle est d’abord dans la grève, parce que c’est le seul rapport de force qui existe, sans ça la direction elle ne nous donnera rien ». Fred, lui insistait : « si on veut conserver nos conditions de travail, il faut taper plus fort, on doit se coordonner avec les travailleurs à métro et partir ensemble ». Faouzi dans le même sens nous assurait : « il faut donner un avenir à cette journée, on ne peut pas s’arrêter à des ‘journées saute-moutons’ qui nous emmènent à un échec  »

Depuis les piquets de Flandres, Malakof, Belliard, Lagny, Saint-Denis et bien d’autres, les grévistes affluent vers le siège de la RATP où un rassemblement est organisé.

witter.com/widgets.js" charset="utf-8">


Facebook Twitter

Philomène Rozan

Etudiante à l’Université Paris Cité , élue pour Le Poing Levé au Conseil d’Administration

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

Toulouse. Marche blanche en mémoire d'Adrien, employé de l'ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Toulouse. Marche blanche en mémoire d’Adrien, employé de l’ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale