^

Politique

Violences policières

« Toute sa vie est foutue en l’air », Soufiane perd un œil suite à un tir de LBD le soir de la finale de la CAN

A Lyon Soufiane, un jeune supporter de 20 ans venu fêter la victoire de l'Algérie, a perdu un œil par suite d’un tir de LBD à la tête. Le gouvernement avait annoncé le déploiement d'un dispositif sécuritaire exceptionnel pour le soir de la finale de la Coupe d'Afrique des Nations ce vendredi 19 juillet. Tandis qu'à Paris le dispositif comptait 2500 policiers, 600 se trouvaient à Lyon.

dimanche 21 juillet

Soufiane, 20 ans, a perdu son œil suite à un tir de LBD.

Pendant qu’à Paris les supporters venus fêter la victoire de l’équipe algérienne sur l’avenue des Champs-Elysées se retrouvaient sous une pluie de gaz lacrymogène, à Lyon c’est Soufiane, un jeune travailleur de 20 ans venu célébrer la victoire des fennecs qui a perdu son œil suite à un tir de LBD à la tête normalement interdit, au moment où il regagnait sa voiture en fin de soirée pour rentrer chez lui.

« Toute sa vie est foutue en l’air », explique l’oncle de Soufiane au micro de France 3. Le cousin de Soufiane continue au micro de France 3 : « on marchait dans une direction et les CRS venaient vers nous. Ils ont commencé à tirer, mon cousin a pris un projectile dans l’œil. J’ai essayé de le récupérer, et là les CRS sont arrivés et ont gazé tout le monde ».

Le parcours de l’équipe d’Algérie en finale de la Coupe d’Afrique des Nations a été marqué en France par un déchaînement médiatique et sécuritaire raciste contre les supporters algériens. Déjà le soir de la demi-finale une fake news – démentie depuis – avait été reprise par tous les grands médias qui accusaient un supporter algérien d’avoir causé un accident de la route mortel pour une mère de famille. Puis quelques heures avant le début de la finale qui opposait l’Algérie au Sénégal ce vendredi, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner menaçait en annonçant le déploiement d’un dispositif sécuritaire exceptionnel.

Cette mutilation par les forces de répression s’inscrit dans la continuité de l’entreprise de banalisation des violences policières par le gouvernement tout au long du mouvement des Gilets jaunes. Ces techniques brutales de répression employées massivement au cours des six derniers mois pour étouffer la contestation sociale sont maintenant réutilisées contre les supporters algériens. Et pour cause, la victoire de l’équipe nationale d’Algérie a déclenché des scènes de liesse et un regain de fierté du peuple algérien, dans un contexte politique marqué par la normalisation des actes et propos racistes en France, ainsi que par un gigantesque mouvement populaire en Algérie contre le régime vendu à l’impérialiste en particulier français.




Mots-clés

Coupe d’Afrique des Nations   /    Algérie   /    Violences policières   /    Politique