^

Transphobie

"Trans lives matter !" Au Texas, les lycéen.ne.s se mobilisent contre la transphobie à l’école

Alors même qu’elle utilisait les toilettes et les vestiaires des femmes depuis 4 ans dans son établissement scolaire, Kendall Tinoco, jeune adolescente transgenre de 16 ans, s’en est vu refuser l’accès par la direction du lycée Temple au Texas. Face à ces attaques transphobes, une mobilisation d’ampleur a émergé dans le lycée pour soutenir leur camarade et réclamer des comptes.

mardi 19 octobre

Credit : instagram - johnny_salami17

C’est après que Kendall Tinoco ait posté sur Instagram le 22 septembre dernier le récit de la transphobie de l’un de ses professeurs et du chef d’établissement du lycée Temple au Texas qui lui ont interdit l’accès aux vestiaires et aux toilettes des femmes, qu’ une mobilisation massive de l’ensemble des lycéens du lycée Temple au Texas a émergé pour dénoncer ces attaques et soutenir leur camarade.

Dans un article publié sur le magazine Teen Vogueresponsable], Tinoco se confie au sujet de l’enseignante de transphobie : « Je voulais partager mon histoire pour que les gens soient au courant de ses actions. Je voulais qu’ils sachent qu’elle avait tort ». Les lycéen.ne.s se sont donc organisé.e.s pour participer le 29 septembre dernier à une marche à travers l’établissement.

Après avoir quitté leurs salles de cours et envahi les couloirs, ils étaient des centaines d’élèves du lycée à scander, en colère, « Trans live matter ! », drapeaux LGBT à la main, pour montrer leur indignation face à ces attaques transphobes. Les étudiants se sont ensuite réunis dans le gymnase de leur établissement pour réclamer la venue du directeur et réclamer des comptes à coup de « Where’s mister Madden ? » (Où est Monsieur Madden ?).

Kendall Tinoco a été reçu par le chef d’établissement qui lui a demandé d’arrêter tous ces agissements et d’être patiente quant à la décision qui allait être prise : savoir si elle a le droit d’accéder aux vestiaires et toilettes des femmes ou non. Une situation méprisante que la jeune adolescente de 16 ans a continué de dénoncer sur les réseaux sociaux.

Suite à cette mobilisation massive et la médiatisation importante de cette affaire aux États-Unis, la direction de l’établissement qui se retrouve donc sous pression, n’a eu aucun scrupule à demander l’augmentation de la présence policière et des agents de sécurité pour tenter de contenir tous autres mouvements dans les jours suivants.

Ces attaques transphobes ne sont pas anodines. En effet, dans l’État du Texas, elles s’inscrivent dans un contexte politique ultraréactionnaire et transphobe où l’assemblée et le Sénat du Texas passent constamment des lois attaquant les droits des personnes trans mineures. Récemment, une loi a obligé les athlètes trans mineurs à jouer dans l’équipe correspondant à leur sexe assigné à la naissance. Plus tôt en 2021, l’État a tenté d’interdire l’accès aux traitements hormonaux, comme les bloqueurs d’hormones, pour les moins de 18 ans. Trevor Project, une association aux États-Unis qui cherche à empêcher les suicides des jeunes LGBTI+, constate que les appels d’urgence depuis le Texas ont augmenté de 150% en 2021, en lien avec l’actualité législative oppressante. Selon leurs données, 68% des jeunes personnes LGBTQI+ ne participent pas aux sports à cause des peurs du harcèlement et de la discrimination.

S’il n’y a pas encore eu de réponse concrète de la direction, ce mouvement et cette solidarité lycéenne face à la transphobie a démontré que face à l’offensive transphobe ayant lieu aux États-Unis actuellement, la jeunesse américaine qui s’était mobilisée au moment de « Black Lives Matters » ne se laissera pas faire.




Mots-clés

Lycéens   /    LGBTphobie   /    Transphobie   /    LGBTQI   /    Etats-Unis