^

Notre classe

La grève continue

Transport aérien : les travailleurs de Lufthansa en grève ce mercredi pour les salaires

La question de l'augmentation des salaires face à l'inflation et la reprise du trafic continue d'enflammer le tarmac des aéroports européens. Les travailleurs de la compagnie aérienne allemande Lufthansa seront ainsi en grève mercredi. En France, une mobilisation a par ailleurs été annoncée à l'aéroport lyonnais Saint-Exupery.

lundi 25 juillet

crédits photo : Hannibal Hanschke / REUTERS

Grève pour les salaires chez Lufthansa ce mercredi

Ce mercredi 27 juillet, Ver.di, un des syndicats de la compagnie aérienne allemande Lufthansa fait un nouvelle appel à la grève pour revendiquer une hausse des salaires. Face à l’inflation, le syndicat revendique une augmentation de 9.5% pour les travailleurs de la compagnie. Cette grève devrait concerner les travailleurs affectés au sol comme ceux de la maintenance ou encore ceux du remorquage. L’appel à la grève concerne l’intervalle entre 3h45 du matin le mercredi 27 juillet et 6h du matin le jeudi 28 juillet.

« La situation dans les aéroports dégénère et les employés sont de plus en plus sous pression et surchargés en raison d’un important manque de personnel, de la forte inflation et de l’absence d’augmentation depuis trois ans », a déclaré Christine Behle, responsable chez Ver.di rapporte l’AFP. Cette situation est notamment liée au manque de 7000 employés dans le secteur aérien allemand, lié à la précarisation du secteur, marqué par de faibles salaires et des destructions importantes d’emplois pendant la pandémie.

Dans un communiqué à l’adresse des passagers, le syndicat explique ainsi : « Nous voulons que le transport aérien fonctionne sans stress et sans contraintes pour nos passagers et pour nous, les employés. Lufthansa a trop réduit le personnel pendant la pandémie. Pour trouver de nouveaux collègues, il faut des conditions attractives. Nous menons des négociations collectives à ce sujet, mais la Lufthansa refuse jusqu’à présent d’investir dans un personnel suffisant et donc dans un trafic aérien plus fluide. »

Une tempête de colère chez les travailleurs de l’aérien en Allemagne comme en France

La mobilisation chez Lufthansa s’inscrit dans la continuité d’un été de la colère dans le secteur aérien, face à l’inflation et la reprise du trafic. En France, le syndicat Unsa appelle les travailleurs de l’aéroport de Saint-Exupery à Lyon à se mettre en grève ce mardi 26 juillet entre 12 et 14 heures. Le syndicat s’était déjà battu contre l’accord de performance collective (APC) en 2020 contre la direction et les autres syndicats qui avaient décidés d’un gel des salaires et d’une suppression d’environ 10% des postes. Mardi, la grève se fera sans le soutien de la CFDT.

Ces dernières semaines se sont les travailleurs de Ryanair, Easyjet, Brussels Airlines (filiale de Lufthansa), British Airlines, mais aussi des aéroports parisiens ou bruxellois, qui se sont mobilisés, faisant annuler plusieurs milliers de vols. Du côté de Lufthansa, la compagnie allemande a vu 6000 de ses vols annulés ces dernières semaines et devrait en voir davantage lors de la grève annoncée par le syndicat Ver.di.

Des mobilisations médiatisées principalement au prisme de leurs conséquences pour les passagers. Or, si ces derniers se retrouvent frappés par les retards et les annulations, c’est de la responsabilité des patrons de l’industrie qui mettent les salariés de l’aérien sous tension depuis plusieurs années. Gel des salaires, licenciements, embauches insuffisantes et conditions de travail difficiles - qui sont allés jusqu’à conduire à la mort d’une employée de l’aéroport de Roissy pas plus tard que début juillet. Un cocktail explosif qui est à l’origine de la vague de grève qui touchent les aéroports européens.

Alors que face à cette lutte légitime, les patrons de l’industrie font la sourde oreille face aux revendications des grévistes, la question du renforcement de ces mouvements européens et de leur extension à de nouveaux secteurs doit d’être posée. Pour cela, la coordination des différentes entreprises qui, à l’échelle internationale, se battent pour les mêmes revendications - une augmentation des salaires pour faire face à l’inflation et des conditions de travail dignes - serait fondamentale.

Pour nous soutenir, c’est par ici !



Mots-clés

salaires   /    Aéroports   /    Grève   /    Lyon   /    Allemagne   /    Notre classe