^

Notre classe

Extension de la grève

Transport aérien : travailleurs en grève le 3 janvier

Alors que la grève se poursuit depuis 15 jours à la RATP et la SNCF, les personnels naviguant des compagnies aériennes annonce une entrée en grève le 3 janvier. Comme d’autres secteurs, les particularités de leur métier permet à ces personnels de partir à la retraite plus tôt. Comme pour l’ensemble des travailleurs, l’attaque du gouvernement entraînera pour eux une baisse des pensions et un départ plus tardif à la retraite.

jeudi 19 décembre 2019

Les syndicats des personnels naviguant du secteur aérien ont appelé à une journée de grève le 3 janvier. Comme l’ensemble des travailleurs déjà mobilisé contre la réforme, le secteur aérien craint, et à raison, que la réforme des retraites leur soit fortement défavorable. En effet, compte tenu des spécificités des métiers de pilote ou de steward/hôtesses, les départ à la retraite sont possibles à partir 60 ans pour les pilotes et 55 ans pour les autres personnels.
 
Cette retraite est financée par les personnels naviguant eux-mêmes à travers leur propre caisse. Le régime universel voulue par Macron imposerait un départ à l’âge pivot pour ces travailleurs de l’air. L’âge pivot étant par définition amené à évoluer et les études pour devenir pilote étant assez longue, pouvons-nous sérieusement imaginer des pilotes de lignes ayant 64, 65 voir 69 ans ? La perspective n’est pas rassurante, ni pour les passagers potentiels ni pour les travailleurs des aéroports. Il en va de même que pour l’ensemble des métiers, peut-on réellement penser travailler jusqu’à si tard ? Et si non, le gouvernement Macron ne promet que la misère.

Cet appel pourrait aussi augmenter la dynamique autour des secteurs les plus mobilisés comme la SNCF, la RATP ou encore les enseignants et les hôpitaux. Un « tous ensemble » qui se construit et pourrait s’étendre est une des conditions premières de la victoire face Macron. L’autre condition se fait de plus en plus nécessaire : l’organisation de la grève par les grévistes eux-mêmes à travers les assemblées générales et les assemblées interprofessionnelles. C’est cette auto-organisation qui permettra d’attirer encore de nouveaux secteurs du public comme du privé dans la grève. C’est aussi cette forme d’organisation qui permettra de maintenir le tous ensemble malgré les directions syndicales qui jouent la négociation avec le gouvernement.

Crédit Photo : BENOIT TESSIER / REUTERS




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Grève décembre 2019   /    Transport   /    Réforme des retraites   /    aérien   /    Grève   /    Notre classe