^

Politique

Le 3 octobre

Transports. Face à la privatisation, une rencontre le 3 octobre pour préparer un plan de bataille

Une rencontre réunissant plusieurs secteurs des transports (RATP, SNCF, Keolis, Transdev etc…) aura lieu le 3 Octobre 2020. L’occasion pour les travailleurs des transports de commencer à s’organiser pour répondre aux attaques qui s’abattent contre le secteur : privatisation, transfert de personnel, ouverture à la concurrence...

lundi 28 septembre

La crise du Covid -9 a montré l’importance des transports en pleine période de crise sanitaire, au même titre que d’autres secteurs comme un secteur essentiel pour la production. Alors que les travailleurs des transports ont dû affronter la période de crise pandémique livrés à eux même, au début sans masques, ni gel hydroalcoolique, la tendance s’est petit à petit inversée avec la mise à disposition du strict minimum de moyens pour se protéger de la pandémie.

Ceci a permis la mise en place d’un discours hypocrite de la part des différentes entreprises des transports qui ont commencé à sanctionner les travailleurs, pour non-respect de port du masque, ou des masques mal portés, alors que ces derniers ont assuré lors du confinement un service essentiel de manière exemplaire. Aujourd’hui les différentes entreprises tentent donc de faire revenir les profits en réinstaurant la vente à bord des bus par exemple, mais aussi en reprenant leur feuille de route liée à plusieurs réformes.

Loi LOM, réforme ferroviaire, secteur privé, organiser la contre-attaque !

Entre toutes ces réformes, nous pouvons constater plusieurs points communs, la dégradation des conditions de travail, des salariés du transport, mais également un dumping social qui va offrir des plus-values juteuses au patronat et actionnaires de cette branche.

Comme nous l’avons dévoilé la semaine dernière la privatisation avance à grands pas avec l’apparition d’un document qui ferait office d’accord collectif pour les transports de proximité comme le métro et le bus, et concernant les entreprises comme la RATP, Transdev ou encore Kéolis.

Ou encore les premiers cas de privatisation qui menacent de licenciement des cheminots dans le grand Est ainsi que la marche forcée effectuée par le gouvernement et le patronat pour poursuivre la privatisation et transférer 1000 cheminots dans le secteur privé d’ici 2024 dans la région Haut de France, mais pas uniquement car la région PACA a aussi soumis un appel d’offre dans le cadre de l’ouverture à la concurrence.

Face aux différentes attaques les travailleurs des transports ont donc tout intérêt à se préparer (à l’image de la préparation effectuée pour préparer la grève contre la réforme des retraites) pour combattre ces différentes attaques qui se sont multipliées lors de ces dernières années. La floraison de différents cadres de discussion et d’organisation, comme les rencontres RATP-SNCF en amont du 5 décembre 2019, permettent de préparer les combats à venir, de tourner, de contacter les différents secteurs et d’expliquer le contenu néfaste des réformes pour convaincre sur le terrain les travailleurs des transports a mener la lutte.

L’enjeu est donc aujourd’hui d’élargir ce type de réunion aux entreprises privées du secteur des transports, dans un premier temps sur la région parisienne mais par la suite au national afin de faire le point sur la situation mais également de ressortir avec un possible plan de bataille émanant de la base, face à des directions syndicales qui ne proposent rien d’autre que la passivité comme réponse contre toutes ces attaques. Les raisons de se battre ne manquent pas et génèrent beaucoup de colère, et même si pour l’instant aucune perspective n’est fixée au niveau de la grève il est primordial que les travailleurs des transports publics préparent une riposte à la hauteur des différentes attaques, en brisant les frontières corporatistes « de chacun dans son entreprise », avec une réalité devenue flagrante : Le travailleur de Kéolis peut devenir le futur collègue du cheminot demain. Dans la finalité la totalité des salariés du transport ont tous les mêmes intérêts, comme le nivellement par le haut des conditions de travail et ne pas rentrer dans la concurrence entre entreprises. Mais aussi détruire les barrières et diverses rivalités entre les syndicats qui constituent une barrière supplémentaire, et pourraient permettre aux non syndiqués de s’exprimer également.

Rendez-vous donc Samedi 3 Octobre au Théâtre l’échangeur à Bagnolet pour la rencontre à 14 h !




Mots-clés

Coordination RATP-SNCF   /    RATP   /    Politique