^

Monde

Trump continue de faire le vide autour de lui

Trump retire les troupes de Syrie, son secrétaire à la défense démissionne

La Maison Blanche a enregistré ce jeudi une nouvelle démission, multipliant les départs depuis la prise de fonction de Donald Trump. Cette fois, c'est Jim Mattis, secrétaire à la défense, qui fait les frais de ses désaccords avec le leader américain. Une annonce qui fait suite à la décision de retirer les troupes déployées en Syrie.

vendredi 21 décembre 2018

C’est donc au tour du secrétaire de la défense, Jim Mattis, de quitter le navire de l’administration Trump. Après à peine deux ans au pouvoir, le président américain continue de faire le vide autour de lui, dès lors qu’un membre de son gouvernement s’oppose trop frontalement à sa politique.

Car c’est bien pour des raisons politiques que le ministre a décidé de faire ses valises. Alors que les contentieux avec Trump étaient multiples, l’annonce brutale par ce dernier du retrait des troupes engagées en Syrie a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Une décision controversée à laquelle il s’était publiquement opposée. Une décision prise de manière unilatérale par le président, selon plusieurs sources, sans même concerter le général Joseph Dunford, chef d’état-major des armées américaines.

Les 2.000 soldats de la première puissance impérialiste présents sur le sol syrien seront retirés sans concertations avec les autres forces en présences, que ce soit les Kurdes, ou encore Londres, Berlin ou Paris. Les autres puissances occidentales se sont inquiétés de la décision en mentionnant la nécessité de poursuivre le combat contre l’État Islamique, là où Donald Trump considère que l’organisation est d’ores et déjà vaincue. Ce sont en réalité des désaccords stratégiques de fond qui s’expriment une nouvelle fois à travers cette décision, qui vient renforcer l’instabilité des liens géopolitiques liens ces différents pays.

Une décision qui n’est, en revanche, pas pour déplaire à la Turquie de Receypp Tayip Erdogan qui voit d’un mauvais œil l’alliance ponctuelle avec les kurdes. C’est surtout le président russe, Vladimir Poutine qui a salué cette décision « juste », précisant que « Donald a raison [de retirer ses troupes de Syrie] ». La Russie se retrouve ainsi la principale puissance militaire en Syrie, prête à maintenir son allié Bachar al-Assad au pouvoir.

« Vous avez le droit d’avoir un secrétaire à la défense dont les vues sont mieux alignées sur les vôtres »

La démission du secrétaire de la défense, Jim Mattis, a par la suite été annoncée par un tweet lapidaire de Donald Trump, annonçant que l’intéressé « prendrait sa retraite » au mois de février, le temps qu’un nouveau secrétaire soit nommé.

Dans sa lettre de démission, le général du corps des marines est resté cordial mais n’a pas cherché à masquer les désaccords politiques qui l’ont opposé au président et l’ont conduit à ce choix. Je démissionne « parce que vous avez le droit d’avoir un secrétaire à la défense dont les vues sont mieux alignées sur les vôtres, je pense que me retirer est la bonne chose à faire  ». Avant de poursuivre, assurant avoir « apprécié d’avoir pu servir la nation » ainsi que « nos hommes et femmes sous l’uniforme ».

Considéré par beaucoup comme un modérateur du régime, Jim Mattis n’est pas le premier à être poussé dehors depuis janvier 2017. Deux ans après sa prise de fonctions, Donald Trump continue donc de gouverner seul, n’hésitant pas à écarter tous ceux qui, même au sein de son administration, expriment publiquement leurs désaccords.

Crédit photo : Reuters




Mots-clés

Impérialisme   /    Vos guerres, ’no more’ !   /    Syrie   /    Etats-Unis   /    Monde