^

Politique

Les Gilets Jaunes toujours populaires

Un an après, les Gilets Jaunes sont toujours aussi populaires en France

À quelques jours de l'anniversaire de la mobilisation des Gilets Jaunes, leur popularité est à la hausse. 55% des sondés se disent favorables au mouvement, et l’approbation est particulièrement forte parmi les classes populaires.

jeudi 14 novembre

Un an presque jour pour jour après le début du mouvement, dans un sondage d’Elabe paru le 13 novembre, il apparait que le mouvement des Gilets Jaunes est toujours populaire pour 55% des sondés. Ce chiffre dénote une hausse de la sympathie depuis le début du mois d’octobre. Bien qu’inférieure à sa popularité au début du mouvement, ce retour à la hausse, qui coïncide avec un retour de la mobilisation à l’échelle nationale, avec la grève des hospitaliers et le blocage d’universités, marque le retour d’un climat social qui avait mis Macron à mal l’année dernière.

L’approbation du mouvement est à l’image du mouvement lui-même : il est particulièrement fort parmi les classes populaires. En effet, 69% des classes populaires « réservent un accueil positif au mouvement » alors que c’est le cas pour moins de 40% des catégories sociales supérieures. De même, l’attachement au mouvement reste particulièrement fort dans les zones rurales et péri-urbaine avec 60% d’avis positifs.

La perception de l’impact qu’a eu le mouvement des Gilets Jaunes reste aussi positive. 64% des sondés pensent que le mouvement des Gilets Jaunes a créé du lien social et 56% pensent que le mouvement a permis de débattre du fonctionnement et du rôle de l’État.

Il est clair que le mouvement des Gilets Jaunes apparait toujours comme une mobilisation marquante et populaire, un an après son apparition dans le champ politique. Cette mobilisation qui a mis le gouvernement de Macron à l’arrêt pendant plusieurs mois est loin d’être éteinte, les problèmes de fonds l’ayant causée étant encore bien présents. En effet, comme l’a montré l’immolation d’un étudiant à Lyon, les fins de mois difficiles et la précarité restent des enjeux centraux dans la France de Macron. Avec le début de mobilisation étudiante, qui vient s’ajouter à la grève des hospitaliers de ce jeudi et aux grèves des dépôts SNCF de Châtillon et du Landy, cet hiver pourrait être aussi difficile que l’hiver dernier pour Macron ; d’autant plus que l’on observe depuis plusieurs semaine une « giletjaunisation » du mouvement ouvrier, qui ne manquera pas d’exprimer son caractère explosif lors de la grève du 5 décembre.

Crédits Photos : ALAIN PITTON/NURPHOTO




Mots-clés

5 décembre   /    Gilets jaunes   /    Politique