^

Monde

Troupes Française Hors d’Afrique

Un nouveau rapport accuse l’armée française de la mort de civils au Mali

Après un rapport de l’ONU mettant en cause la France dans un bombardement d’un mariage en janvier, maintenant c’est le tour d’un cabinet d’avocat de pointer la responsabilité française.

jeudi 29 juillet

En janvier, l’armée française avait bombardé un mariage au Mali et avait ainsi tué 19 civils. Depuis ce raid, l’ONU a publié un rapport confirmant qu’il s’agissait bien d’un mariage et avait sommé l’armée française de faire une enquête sur les raisons qui avaient conduit à la décision de lâcher un missile sur un mariage. Aujourd’hui, c’est un cabinet d’avocat londonien qui a mis en ligne un rapport mettant en avant le fonctionnement obscur de l’armée, qu’on appelle traditionnellement « la grande muette ».

Ce bombardement avait eu lieu dans le cadre de l’opération Barkhane qui est en cours depuis plus de 7 ans. Celui-ci a été effectué par des mirages 2000 et un drone et a tué 19 civils. En mars, l’ONU avait elle-même produit un rapport qui établissait après plusieurs centaines d’entretiens que la réunion bombardée par l’armée française était bien un mariage contrairement à ce qu’affirmait un officier : « il ne peut y avoir de doutes et d’ambiguïté, il n’y avait pas de mariage. C’est une frappe menée après un processus particulièrement formel et multipartite sur un groupe armé terroriste pleinement identifié, après un recoupement d’informations, des attitudes, une posture, sur une zone caractérisée ».

Aujourd’hui, c’est un cabinet d’avocat londonien qui publie un rapport affirmant encore une fois que ce bombardement était assimilable à un crime de guerre. En effet, quand bien même des combattants appartenant à des groupes islamistes avaient été présents, les frappes étaient complétement injustifiées au vu de la large présence de civils.

Ce rapport met aussi en lumière un fonctionnement « systémique » de l’armée française en Afrique qui nie systématiquement être à l’origine de la mort de civils.

Cette affaire met aussi en avant les liens entre l’impérialisme français tel qu’il s’exerce en Afrique et les Etats-Unis ou bien le reste de l’Union Européenne. En effet, l’armée française participe à l’EPIE un système de commandement intégré à l’échelle européenne. Ainsi, les renseignements français qui ont conduit au bombardement ne sont pas inconnus pour les alliés européens qui choisissent de garder le silence et donc de couvrir la France. Du côté des Etats-Unis, les 19 civils morts sont moins importants que le rôle que la France joue en Afrique, qui permet aussi de garantir l’impérialisme américain dans la région. D’où leur silence sur le sujet.

Il ne faut bien évidemment pas se faire d’illusion sur l’impact des rapports de l’ONU ou des militants des droits de l’homme sur la France ou tout autre grand Etat impérialiste. Cependant, il y a quelque chose de très parlant sur le fonctionnement de l’armée française en Afrique. En effet, le ministère des armées est décidé à nier jusqu’au bout et à garder le silence sur les exactions en Afrique, ce qui montre à la fois l’impunité des soldats français et de leur commandement ainsi que leur déconsidération absolue des vies africaines. Cela s’incarne en particulier dans une tribune publiée plus tôt cette année qui mettait en avant que la France avait tué plus de civils que les islamistes dans le cadre de l’opération Barkhane en 2020.




Mots-clés

Armée française   /    Mali   /    Impérialisme   /    Afrique   /    Vos guerres, ’no more’ !   /    Françafrique   /    Monde