^

Jeunesse

Hollande hors de nos facs !

Une défaite de plus pour François Hollande qui annule son passage à Sciences Po Toulouse

“Les conditions d'un dialogue serein et apaisé n'étant pas réunies, le Président de la République a préféré ne pas s'exprimer” auraient affirmé à La Dépêche des proches de l'ancien président. Vraiment dommage, alors même qu'on se préparait tout juste à sa venue.

jeudi 28 novembre 2019

Crédit photo : AFP / Stéphane De Sakutin

Même en étant plus président, il arrive à mobiliser contre lui . Alors qu’il était censé venir ce 28 novembre à Sciences Po Toulouse pour parler à une poignée d’étudiants de la crise démocratique et de son dernier livre publié chez Fayard, la préfecture aurait préféré prévenir François Hollande d’une possible nouvelle perturbation de sa conférence. Selon différents journaux et y compris selon la direction de Sciences Po Toulouse, des étudiants auraient voulu en effet suivre l’exemple de Lille 2.
 
C’est une déception absolue pour bon nombres d’étudiants qui s’étaient déjà préparés à son accueil. Difficile d’oublier le quinquennat de Hollande qui a ouvert le chemin à Macron et Le Pen. État d’urgence, gamins au commissariat pour ne pas être Charlie, déchéance de nationalité, répression et discours de stigmatisation contre les musulmans et contre les quartiers populaires, les lycéens, les étudiants, les travailleurs, réforme du code du travail, CICE, agressions impérialistes en Centre Afrique, au Mali, etc. Difficile de ne pas cracher sur un CV d’un si bon défenseur des intérêts de la bourgeoisie. Comme dirait l’autre, quand la porte se referme autant ne pas y laisser les doigts, et Hollande a préféré fuir avant même qu’on ne se mobilise contre sa venue. Un mec lucide au final.
 
De nombreuses actions étaient envisagées, lâchers de banderoles, mégaphones et peut être même blocage de la fac.On était pourtant nombreux à l’attendre : étudiants, précaires, personnes racisées, femmes, avec tant de raisons pour nous mettre d’accord et lui interdire l’entrée dans la fac. Après l’immolation d’un étudiant précaire à Lyon qui l’accusait, lui, Sarkozy, Macron et l’Union Européenne de l’avoir tué, on hésite de ce qu’il y a de plus insultant entre la décision de l’inviter de la part de l’université et sa propre volonté de proposer sa venue. À raconter des salades sur le fait qu’il “comprenait” l’invasion de sa conférence à Lille et déplorait la violence avec laquelle celle ci avait été menée, il ne nous fera pas oublier d’où vient la violence.

La seule vraie violence, c’est la violence sociale de son gouvernement et des gouvernements successifs. En tout cas, lui comme les autres ne sont pas les bienvenus dans nos facs. En attendant une autre provocation de ce genre, nous continuerons à nous organiser pour massifier le 5 décembre, après une AG de plus de 200 personnes ce mardi.




Mots-clés

Sciences Po   /    Manifestation   /    François Hollande   /    Toulouse   /    Jeunesse